Home / Les meilleurs reportages / Cuba par Jérémie Noël
Cuba par Jérémie Noël

Cuba par Jérémie Noël

Il y a tant d’imaginaire, d’idéologie autour de Cuba que ça ne peut pas être un voyage anodin.

Partis pour deux semaines, nous sommes rattrapés, sans le vouloir, par le paradoxe cubain : d’un côté île des Antilles populaire, infiniment touristique et donc au contact de la modernité, de l’autre pays du régime totalitaire castriste, opposant farouche de l’impérialisme américain et victime d’un blocus qui semble avoir stoppé l’évolution du pays dans les années 50.

Partis de La Havane, nous visitons la région de Vinales, à l’Ouest de l’île, avant de repartir vers l’Est et découvrir Cienfuegos, Trinidad, Santa Clara, Remedios et enfin les Cayerias del Norte, plages sublimes pas encore trop polluées par le tourisme de masse façon Varadero mais qui en prennent dangereusement le chemin.

En route nous nous amusons des petits travers cubains : la bureaucratie galopante, les gens dans les villes dont la principale occupation semble être de s’asseoir sur le pas de sa porte et de regarder la rue toute la journée, les hôtels de « luxe » avec des poules s’égayant sur les bords de leurs piscines verdâtres, les panneaux de propagande omniprésents qui récupèrent toutes choses au service de la sacro-sainte Révolution, les femmes à moustaches… Plus encore que les cigares et la musique, deux choses semblent sacrées à Cuba : le rhum et la sieste.

On rigole bien, on se moque gentiment, mais lorsque l’on discute un peu sérieusement avec les gens qui nous accueillent chez eux le soir, l’on est frappé par la difficulté de la vie à Cuba. Comment ce peuple peut-il garder une telle joie de vivre alors qu’il vit depuis plus de 50 ans sous un régime en panne et totalitaire ?

Les taxes sont écrasantes, les magasins sont vides… et pourtant les gens continuent d’excuser Fidel Castro, de voir en lui l’homme de la situation et de dénoncer la bureaucratie qui l’entoure et l’empêche de remettre le pays en ordre de marche. Des décennies de propagande et de glorification de la sacro-sainte révolution ont façonné un culte de la personnalité excluant tout esprit critique.

Paradoxalement, c’est aussi ce qui fait le charme de Cuba, ce qui la rend fascinante et ce qui lui a donné cette existence diplomatique et artistique unique. C’est cette foi inébranlable dans sa révolution, sa culture, ses héros…

Quand on se retrouve, pour une nuit et pour rire, à bâfrer des mets immondes dans un hôtel tout inclus de 925 chambres (celui de gauche en fait 870 et celui de droite 2350) et que l’on voit que le régime cubain, pourtant si prompt à dénoncer le modèle américain (quitte à maintenir son peuple dans la misère), en reproduit les codes les plus représentatifs, on hésite entre hurler de rire ou d’indignation.

« L’histoire m’absoudra » avait déclaré Fidel au lendemain de la Révolution. Ses déclarations de ces derniers jours (« le modèle cubain ne fonctionne même plus à Cuba ») ressemblent fort au mea culpa de celui qui n’est plus si sûr de son héritage à l’approche de la mort.

Cuba ne laisse pas indifférent…

1

A vol d’oiseaux

Sur la Place San Francisco de Asis, à La Havane, un vol d`oiseaux tourne sans arrêt.

2

En panne…

Les vieilles voitures américaines sont iconiques à Cuba. Pourtant au cours des 5 dernières années, il me semble qu`il y a de plus en plus de voitures « classiques ». Certaines vieilles voitures (comme celle-ci) semblent abandonnées fautes de pièces détachées pour les réparer.

3

Le reflet de l’Histoire

A la sortie du Musée de la Révolution (comprendre Musée de la Propagande), on retrouve évidemment un message engageant à être « fidèles à notre histoire »…

4

L’envers de la splendeur

Au coeur de La Havane trône cette réplique du Capitole de Washington DC. A l`envers, dans ce reflet, ne pourrait-on y voir une métaphore des relations entre Cuba et les USA ?

5

L’humble porteur de riz

Allez savoir combien de kilomètres cet homme va marcher avec son sac de riz sur l`épaule…

6

Western

Un vieil homme marche sur la route…

7

La route de la plage

A Cayo Jutias, une plage peu fréquentée des touristes qui lui préfèrent Cayo Levisa, les bus de Cubains peuvent venir se garer sur la route interrompue qui longe la plage. Les chauffeurs, pour supporter la chaleur et l`attente, dorment sous leurs bus.

8

Le pédalo de la Méduse

Peu de touristes mais quelques Cubains sur cette plage… quand ils décident de louer un pédalo, ils en font profiter toute la plage.

9

La récolte

Des paysans travaillent dans les rizières. Nous les croisons lors d`une promenade nommée Los Aquaticos car elle mène jusqu`à une ferme située au sommet d`un mogote. L`endroit est si reculé que le médecin n`y passe pas et que les habitants se soignent donc avec de l`eau (d`où los Aquaticos). Ce qui n`a pas empêché le grand-père de la ferme d`avoir vécu jusqu`à 103 ans.

10

Au pied du Mogote

Une maison au milieu d`un champ de maïs et au pied du mogote (les collines pelées comme celle surplombant la maison), signale le début de l`ascension de la colline. Par 32°, on a encore bien cru qu`on allait tous y rester.

11

Pour nos vieux jours

Arrivés en haut du mogote, nous sommes accueillis dans une ferme où l`on nous offre du jus de mangue et quelques instants de repos dans des rockings chairs.

12

Au carrefour de l’Histoire

Partout on retrouve des portraits du Che accompagnés de phrases définitives sur la révolution, le communisme ou l`héroïsme.

13

Bureaucratie

A Cienfuegos, en milieu d`après-midi, je tombe sur cette fonctionnaire à l`air ennuyé… La beauté de la bureaucratie communiste !

14

Ciel d’orage

Les orages éclatent généralement en milieu d`après-midi. Juste avant, la lumière est souvent sublime.

15

Le vieil homme et la mer

Dans un pays si marqué par le passage d`Ernest Hemingway, comment ne pas faire un clin d`oeil à son roman le plus connu…

16

La menace invisible

A Trinidad, la plupart des fenêtres sont ainsi grillagées et la plupart des Cubains passent leur journée à regarder la rue depuis leur fenêtre.

17

La chariotte du diable

Alors que nous sommes en train d`explorer un peu cette voie ferrée, nous entendons venir cet étrange équipage qui nous harangue lorsqu`il passe près de nous. Notre ami semble être un Charon des Antilles qui collecte les âmes et les emmène pour le jugement dernier.

18

La maravilla

La Maravilla (la merveille, en espagnol) ne sembla pas forcément la meilleure dénomination pour cette façade décrépite. Elle semble illustrer la décadence du Cuba des années Castro et en même temps l`indéfectible optimisme des Cubains.

19

La promenade

Deux Cubains se promènent sur les quais en contrebas de la Forteresse San Carlos de la Cabana.

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

21 commentaire

  1. Beau reportage haut en couleur !

  2. Dépaysant et ensoleillé … ca fait du bien. 
    C’est un beau reportage et en plus y a de l’idée.
    Bravo !!

  3. Je connais bien Cuba et ton reportage est bien représentatif. Seule petite correction, l’Histoire m’absoudra de Fidel Castro a été écrit bien avant la révolution lors de sa plaidoirie suite à l’attaque de la caserne Moncada en 1953.

    Pour revenir sur ton reportage il serait bien de signaler deux ou trois petites informations que beaucoup de gens ignorent à cause des multiples reportages de propagande un peu partout. Car la propagande existe aussi chez les ennemis de Fidel Castro.

    Cuba est le pays où il y a le plus de centenaire au monde (proportionnellement à la population)
    Cuba est le 3ème pays le plus alphabétisé au monde (la France est loin derrière…)
    Cuba envoi ses médecins un peu partout dans le monde pour en majorité aider les plus pauvres ( Haiti, Venezuela, Chine, Angola…en tout 80 pays différents ont déjà reçu de l’aide de Cuba…)

    La médecine est gratuite et l’éducation également à Cuba. La sécurité (Cubains comme touristes) dans le pays est exemplaire!

    Les Cubains sont intelligents et un peu philosophes. Voilà pourquoi ils sont heureux. Parce qu’ils ont compris (à leur dépens) que la bonheur n’était pas du à l’argent et au confort… Dur à comprendre pour les occidentaux hein ?

    Fidel Castro continue d’être vénéré c’est vrai. Mais son frère beaucoup moins…

    Beau reportage. Pourvu que le tourisme de masse américain n’arrive pas tout de suite.

  4. Magnifique reportage. Les couleurs sont superbes. On a envie de suivre ta route et d’aller faire des photos à Cuba.

  5. Merci pour vos commentaires.

    Pour Coelio, merci pour les précisions. Effectivement, Cuba dispose de systèmes d’éducation et de santé remarquables. Pour ce qui est de la sécurité, c’est vrai aussi mais elle est, en partie, liée à l’omniprésence de la police et à la sévérité des peines. On observe souvent cela dans les états totalitaires (cf. la Syrie ou la Tunisie de Ben Ali).

    Les Cubains ont un grand recul sur leur situation, ce qui leur permet d’être heureux malgré les difficultés de leur vie quotidienne. L’un d’eux nous a dit « C’est difficile de vivre à Cuba, mais on n’est pas les plus mal lotis. Regardez la Corée du Nord ou Haïti. » Philosophe, certes, mais un peu désabusé (la comparaison n’est quand même pas très riante)… C’est d’ailleurs pour cela qu’il est toujours étonnant de les voir absoudre Castro à ce point. Peut-être ont-ils juste peur d’être écoutés.

  6. La propagande y est aussi pour beaucoup je pense. 

    On peut pousser plus loin la comparaison avec la Corée du Nord, même si l’ouverture des deux pays est différente (cela joue énormément). En Corée du Nord, il y a une propagande de folie par le parti et, le peuple coupé du monde extérieur, n’a qu’un seul discours. Cela est le plus grand ennemi de la Corée du Sud qui, à cause de cela, redoute l’accueil des nord-coréens en cas de réunification. Car pour ces derniers, les sudistes restent des adversaires.
  7. Bravo pour ces photos et merci, vous m’avez fait voyager !

  8.  Jolies photos, dommage qu’une partie des commentaires soient trés nettement partisans et  désobligeants entre autre envers les cubains.Il est désolant que vous ne reteniez que les clichés habituels que l’on retrouve un peu partout comme sur le guide du routard.

    Les cubains qui vous ont si biens acceuillis seraient bien triste de lire que vos souvenirs les plus marquants sont « les moustaches, les piscines vertes, les hotels de 300 chambres, la bouffe immonde……..

    La prochaine fois allez donc dormir chez les cubains au lieu d’aller dans les « grands hotels »

    et départissez vous des a priori que véhiculent tout ceux qui ne supporte pas le régime cubain.

    Ainsi vous pourrez retenir de votre voyage, outre de belles photos, un enrichissement personnel qui vous permettra peut être d’appréhender la notion de « richesse » avec un autre oeil .

    Merci pour vos photos de la région Vinales.

     

     

  9. Voilà un commentaire intéressant qui risque d’alimenter la discussion.
    On retrouve certains clichés (dans les 2 sens du terme) dans l’aventure de ce reporter.
    Il est vrai également que le ton de son témoignage est assez sarcastique, mais peut-on vraiment le qualifier de désobligeant ?

    Suite à ce commentaire … peut être que Jérémie souhaitera nous parler de son expérience humaine à Cuba ?

    Mais sachez que ReportagesPhotos.fr serait heureux d’accueillir votre vision de Cuba en images et commentaires !

  10. I HAVE DREAM … oui, j’ai un rêve et ce rêve c’est … CUBA.
    Je n’ y suis jamais aller  mais comme je suis accro à la photo, Cuba est mon rêve.

    Cuba c’est une ambiance, un regard, un visage, une lumière si extraordinaire comme on peut le voir dans ce magnifique reportage.

    Merci de m’avoir donné encore plus envie de partir dans ce pays sublime. MERCI !

  11. @Sounkouto : Jérémie a surtout fait un parallèle avec un peuple accueillant et des lieux touristiques qui ne sont pas à la hauteur de ce que le pays a à proposer. Personnellement, je le perçois comme cela.

    Dans tous les cas, comme le dit Emir, nous serions heureux de découvrir et faire découvrir votre vision de ce pays qui semble attirer nombre de photographes par ses couleurs, un peu comme l’Inde.
  12. Sounkouto, je crois que c’est votre lecture qui est partisane, bien plus que mes commentaires…
    Vous saurez que j’ai passé l’ensemble du voyage dans des casas particulares (sauf une nuit, dans un hôtel-club à la plage, pour rire) et souvent discuté avec nos hôtes cubains sur leurs conditions de vie et le régime cubain. Ce qui est désolant, c’est que des gens continuent de se bercer du fantasme que les cubains sont heureux du régime qui les opprime. C’est lié à l’imagerie du Che, de la révolution et à ce que cela a de romantique. C’est surtout facile à affirmer quand on est confortablement installé derrière son ordinateur en France.
    Quand on discute avec les gens, ils sont certes philosophes et savent prendre du recul, beaucoup sont trop jeunes pour avoir connu autre chose que le régime castriste mais ils sont écrasés par les taxes et ils manquent de beaucoup de choses, notamment de liberté. Ils ne trouvent pas la vie facile.

    Quand à mes commentaires sur les moustaches, les piscines vertes, etc., je crois qu’il y a deux façons de raconter un pays. On peut le faire de façon compassée en s’extasiant sur tout , ou y mettre un peu de gentille ironie.

    • Oui je connais aussi Cuba et ce que tu dis est vrai mais ils sont malgré tout très fiers de leur pays et à la limite fiers de leur pauvreté face à l’arrogance américaine.

  13. Merci Jeremie747 pour cette réponse :)

  14. De très belles photos, bon reportage !

  15. Aurel70220, si tu aimes la photo, tu seras ravi de decouvrir la Havane mais aussi Trinidad ou bien encore Vinales. C’est vraiment un pays photogenique.

    Pour revenir a Cuba et aux Cubains, j’aime beaucoup la petite phrase  » On est pas les plus mal lotis » car c’est tout a fait ca! Si Cuba n’avait pas resiste serait il un deuxieme Haiti ? Ou une republique dominicaine ? Je pense que finalement c’est un pays qui au moins a une vraie histoire, une vraie personnalite et un vrai visage! Pas artificielle comme de nombreuses iles autour…
    Mon meilleur ami est Cubain. Il me dit que c’est tres dur mais qu’il n’echangerait pas son pays pour les E.U ou la France. C’est fou le recul qu’il peut avoir du haut de ses 43 ans. Il me dit, on vit plus simplement que vous et on a pas de souci de micro onde qui marche plus, on en a tout simplement pas! 
    Il faut aller a Cuba et discuter avec les habitants pour comprendre un peu plus. Evitez les reportages tout pret fait et les livres des exiles cubains. Contrairement a ce qu on dit, il est tres facile de parler avec les Cubains de tout. Suffit de choisir le bon endroit c’est tout!
    Viva cuba …
  16. Personnellement, j’éviterai la comparaison entre Cuba et les E.U. ou la France. Ils ont à la base un confort naturel lié au climat. Ils n’ont pas de contrainte de chauffage, ou d’eau trop froide. Je ne cherche pas de circonstance quelconque mais j’aimerai tellement avoir tous les jours 20°C (ça doit être mon côté motard qui parle :)))). Si je le pouvais, j’irai vivre en Martinique ! :)))

  17. Sympathiques images et un beau voyage visuel. Je ne rentrerai pas dans le débat animé car je ne connais pas Cuba, mais ces images font bien ressortir ce paradoxe Cubain entre bonheur et vie difficile.

    J’apprécie en tous cas l’approche du reportage simple mais sans réel parti pris.

  18. Bonjour,
    Bravo pour ce reportage et ces photos qui me rappellent mes deux voyages à Cuba.

    A Coelio « Les Cubains sont intelligents et un peu philosophes. Voilà pourquoi ils
    sont heureux. Parce qu’ils ont compris (à leur dépens) que la bonheur
    n’était pas du à l’argent et au confort… Dur à comprendre pour les
    occidentaux hein ? »

    Je me demande bien pourquoi autant de Cubain et Cubaine essaient de se marier avec des étrangers pour quitter leur pays, car pour eux c’est la seul manière. Pour avoir aussi voyager en Casa particulars j’ai pu discuter avec les habitants et le sentiment général est un manque de liberté et l’envie d’un changement de régime. Quand au système de santé tant vanté, je m’explique mal pourquoi autant de Cubains et cubaines soient si édentés.

    Merci encore pour ce reportage

  19. Merci pour ce reportage magnifique et assez diversifié. La lumière est extrêmement belle sur tes photos, ça donne envie d’y aller. ;°)

  20. Pour avoir visité Cuba en 2009 et sur un itinéraire assez similaire, je tiens à te féliciter pour la qualité mais surtout le choix des photos. Difficile en effet d’opérer une sélection tant les contrastes sur l’île sont marquants et l’interprétation des choses est aussi fluctuante (les débats ci dessus le montrent bien) !
    Un seul regret tu n’exposes pas de photo de nuit pourtant les soirées cubaines sont un univers à part entière !! Le malécon qui longe le front de mer de la Havane de la mer se remplit de joyeux visages dès le crépuscule pour des moments magiques. Le coucher du soleil vaut, à lui seul, le voyage depuis notre vieille europe.

    Bonnes photos à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>