Home / Reportages photos / Dossier photos / Débat : Une photo, peut-elle être objective ?
Reportage Photo

Débat : Une photo, peut-elle être objective ?

« L’appareil est un outil. Un outil ne pense pas. Derrière l’outil il y a mon oeil, mon cerveau. Chaque cerveau est unique. Au moment du déclic il a fait un choix. L’acte photographique est une chose mentale. Il n’y a pas d’objectivité. »

Willy Ronis

 

Cette citation du regretté Willy Ronis peut remettre beaucoup de choses en question dans la photographie. Je pense notamment à la photographie de reportage. En lien étroit avec le journalisme, ce genre de travail se veut être le témoin d’une réalité, donc objectif. Mais voilà, cette notion existe-t-elle vraiment en photographie ? C’est la question que nous vous posons aujourd’hui.

 

Venez vous exprimer sur le sujet en laissant un ou plusieurs commentaire. Notre idée est d’effectuer une synthèse de tout cela afin de dresser un portrait de la photographie actuelle, de son objectivité et surtout d’avoir le ressenti de cela après d’un population plus ou moins proche de la photographie.

 

A ne pas louper

RP Droit mini

Le droit à l’image, une situation ambigüe

Définition   Le droit à l’image est le droit de toute personne physique à disposer ...

22 commentaire

  1. « En lien étroit avec le journalisme, ce genre de travail se veut être le témoin d’une réalité, donc objectif »

    J’ouvre le bal ! Je suis journaliste et photographe; ce sont mes deux métiers. Je ne suis pas objectif; pour autant je ne suis pas un menteur ou un manipulateur. Mais je suis subjectif; sans doute plus dans mes images que dans mes mots d’ailleurs. Avec des mots je peux nuancer, émettre des réserves, avancer des hypothèses etc… Avec mes images je montre ce que je veux; je cadre de telle ou telle manière, sans jamais dire ce qu’il y a « hors cadre ».

    Je partage l’avis de Willy Ronis sur la subjectivité de l’image et de la photographie en particulier. Et je crois que mes clients attendent de moi de la subjectivité; mais sans travestir la vérité.

  2. Peut-on répondre par oui ou par non ?

  3. « mes clients attendent de moi de la subjectivité; mais sans travestir la vérité. »


    très belle phrase Nicolas, j’aime beaucoup cette formulation pleine de sens. Mais dans le cadre de journalisme, on peut apparenter (de près ou de loin) cela à de la manipulation de l’opinion publique non ? Pas si évident.

    @Emir : non. ;)))
  4. NON NON et reNON !

    À partir du moment où l’on appuie sur l’objectif on fait des choix et ceux-ci sont subjectifs, influencés par notre histoire, notre engagement, notre style …
    Pour un même sujet, on aura 10 photos différentes pour 10 photographes différents. Ce n’est pas pour autant qu’il y a malhonnêteté de la part des auteurs, c’est juste que chacun se sert de son passif pour avancer et fait ses choix en fonction. On ne se base pas sur des critères objectifs en photo, en journalisme non plus mais sur des faits, des éléments tangibles agrémentés par la subjectivité de l’artiste. C’est ce qui donne toute sa valeur ajoutée et sa force à l’œuvre.

  5. Pour ma part je penses, qu’une photo est forcément une part de la personne qui la prend, le cadre, les réglages, le moment de la prise sont des éléments déterminés par la personne et pas par le boitier, ce qui me porte à penser qu’une photo peut selon le choix du photographe se rapprocher ou s’éloigner de la réalité.

    Je pense que c’est le photographe qui décide de la part d’objectivité ou de subjectivité qu’il veut transmettre.

  6. Je pense que la photo est OBJECTIVE, voici mon raisonnement :

    Commençons par dissocier le sujet de la capture.

    Quand est-il du sujet ?

    Lorsqu’un photographe met en scène le sujet, il n’y a aucun doute sur la totale subjectivité du sujet donc de la capture. Mais lorsqu’un photographe capture une scène réelle, dans laquelle il n’interfère aucunement, nous pouvons parler d’objectivité du sujet.

    Quand est-il de la capture ?

    Evidemment les choix du photographe sont subjectifs. Ce terme désigne le caractère de ce qui est opinioné, en opposition à la neutralité. La photo est un moyen d’expression, et le photographe va par ses choix (son cadrage, ses réglages …) faire preuve de subjectivité. Son acte est généralement prémédité. Il va sciemment véhiculer un message à travers sa capture.

    Malgré tout, à l’instant T de la capture, nous sommes face à une réalité incontestable. Même si cette capture n’en représente qu’une infime partie, cette partie reste la réalité passée. Donc, quels que soient les choix du photographe, sa capture correspondra à la réalité passée. La réalité étant par définition neutre on ne peut pas qualifier une capture de subjective.

     

    Quand est-il de la photo ?

    Je pense que l’on peut définir une photo comme une forme de matérialisation de la capture. Malheuresement la capture est éphémère. Au moment où la lumière est capturée par notre appareil, elle est transformée (algorithme d’encodage). Puis, la post-capture va subir un ensemble de transformations (ajustements chromatiques, retouches, compression, impression …) pour obtenir une photo exposée.

    Quand est-il de la subjecitivé ?

    Nous pourrions penser que ces transformations rendent la photo subjective. Mais du moment que l’on conserve l’intégrité du sujet, on conserve l’intégrité de la capture et donc la transformation n’altère pas la réalité. Une simple analogie nous permet de le comprendre : porter des lunettes de soleil revient à appliquer un filtre en infographie. Puis, si ce type de transformations rendaient la photo subjective, quant serait-il de l’environnement d’exposition d’une photo ? (Petit clin d’oeil à Caz’Art)

    Ne pensez-vous pas que c’est notre interprétation du sujet qui rend la photo subjective ?

  7. Comme l’être humain n’est pas un être objectif « Chaque cerveau est unique ». Du coup l’observateur ne sera pas objectif quand il regardera la photo. La question est réversible.

    Doit-on faire des photos objectifs? Comme dis Nicolas B on demande simplement de ne « pas travestir la vérité ».

    Alors l’objectivité c’est quoi en fin de compte? Pour moi, et c’est très subjectif, vouloir faire une photo objectif c’est vouloir mettre le moins possible de sentiments et d’interprétations personnelles. Mais voila, quand on fait une photo on fait appel à nos « réflexes ». Or nos réflexes sont conditionnés de manière inconsciente par notre éducation et dans le milieu dans lequel on a grandi. Donc même si l’on veut rester objectif, tout notre être va bouger suivant notre inconscience.

    Pour résumé je pense qu’une photo ne peut être objectif d’une part lors de la prise de la photo et d’autre part lorsque l’on regarde la photo.
    Votre mère aura toujours une préférence une photo où vous êtes dessus alors que votre voisin….

  8. Il est évident que les photos sentimentales sont plus importantes à nos yeux. Mais dans le cadre du journalisme, dans un univers où l’on doit retranscrire l’information, quelle part va prendre l’objectivité dans une photo ?

    Personnellement, je pense que l’objectivité n’existe effectivement pas. Je rejoins la pensée de Willy Ronis. Cela pour les diverses raisons qui sont évoquées. Et je rejoins aussi Nicolas sur le risque de travestir la vérité. D’ailleurs, des logiciels d’analyse d’images existent désormais pour permettre de savoir si une photo est retouchée ou non. L’AFP s’en sert mais le mode d’exclusion n’est pas automatique. C’est à dire qu’à chaque photo, un analyste évalue le niveau de retouche et la raison de la retouche. Si la vérité en est tronquée, la photo est rejetée par l’agence. C’est un peu comme la chirurgie esthétique où certaines opérations sont uniquement réparatrices et sont donc la pour rétablir la vérité du corps humain.
  9. Je rebondis sur les propos d’Emir ; et j’en sélectionne une partie (qui me semble être une bonne synthèse): « Mais du moment que l’on conserve l’intégrité du sujet, on conserve
    l’intégrité de la capture et donc la transformation n’altère pas la
    réalité »

    Je me demande ce qu’est l’intégrité du sujet dans ce cas. Si l’on rapproche « objectivité » et « intégrité du sujet » (j’imagine qu’on ne parle pas d’intégrité intellectuelle ici mais bien (pardonnez le néologisme) d’entierté). Car, je reviens à mon histoire de « hors cadre », une photo ne présente jamais, à coup sûr, l’intégrité d’un sujet. Même une pomme posée sur une table ne fait pas apparaître toute la table ni la pièce dans laquelle se situe la dite table, etc…

    Là, où Emir nous emmène se rapproche plus de la remarque d’Eric sur la manipulation. Cette manipulation quasi machiavélique qui consiste à tordre le point de vue pour influencer tel ou tel.

    Et pour tenter de concilier les différents intervenants (et ce cher Willy): ce n’est pas parce qu’il y a subjectivité qu’il y a malhonnêté (je suis bien d’accord Daniel). Un point de vue en vaut bien en autre.

    Et puis Arog a mis le point sur la suite : quid des lecteurs de nos photos ?! Ma maman adore mes photos ! Ma femme les trouve magnifiques ! …

  10. @ NicolasB :

    « Car, je reviens à mon histoire de « hors cadre », une photo ne présente
    jamais, à coup sûr, l’intégrité d’un sujet. Même une pomme posée sur une
    table ne fait pas apparaître toute la table ni la pièce dans laquelle
    se situe la dite table, etc… »

    N’y a t-il pas une confusion entre intégrité et intégralité ?

    Intégrité : conforme à la réalité
    Intégralité : état de ce qui est total

    Une petite analogie avec la vue humaine nous permet de comprendre qu’un fragment de réalité conserve son intégrité. Même si l’on ne voit pas derrière notre tête, ce que l’on a en face de nous reste réel. Et, c’est l’interprétation de notre cerveau qui rend cette vision subjective.

  11. @ tout le monde :

    Je suis d’accord que l’on fait des choix lorsque l’on prend une photo.

    Mais la réalité que l’on percoit à chaque instant est induite par les choix que l’on fait quotidiennement. Et même si ces choix sont subjectifs, nous continuons à évoluer dans la réalité. C’est notre perception qui peut la rendre subjective, voir irréelle.

    Alors, pourquoi ce serait différent pour une photo ?

    Une photo reste un fragment de la réalité, comme une vidéo ou un enregistrement audio, du moment que l’on conserve l’intégrité du sujet.

  12. « Une photo reste un fragment de la réalité »

    T’as bien résumé Emir. De ce fait, il manque des informations par rapport à cette réalité dans la mesure où nous n’avons qu’un fragment. ;))))
  13. Donc, la vision humaine (au sens organique) est subjective ?
    Donc, on ne percevrait pas tous la même réalité ?

    Y en a 2, 3 qui doivent se retourner dans leur tombe …

  14. Je serai tenter de dire que l’acte photographique est
    objectif, c’est un instantané de ce que voit l’auteur dans le viseur.

    Cet acte devient subjectif dès lors que l’auteur, à l’instar
    de l’écrivain, veut dépeindre son âme à travers sa photographie, cet acte devient
    un acte émotionnel.

    Un autre exemple de subjectivité, si l’auteur prend en photo
    une scène en relation avec une cause qu’il défend ardemment, l’acte devient
    subjectif. La photographie d’un éléphant gisant au sol avec la gueule sans
    défenses et ensanglantée est-elle objective ou subjective ?

    Il me semble que la question ne peut être tranchée
    aujourd’hui, je propose la création d’une commission pour attribuer le label
    « Photographie objective ».

  15. @zargo : lol !! Propose au gouvernement, avec le label photo retouchée… Autant il y en aura un qui apparaîtra sur toutes les photos, autant l’autre n’apparaîtra jamais.

  16. Eric, ma conclusion est à prendre au second degré.

    La photographie est un moyen d’expression et donc un langage.

    Etymologiquement, le mot photographie ne signifie-t-il  pas écrire avec de la lumière ?

    Voici quelques définitions pour éclairer le débat :

     

    Objectif

     

    Est objectif ce qui se rapporte à l’objet de la connaissance.
    Un jugement est objectif s’il est conforme à son objet. (Accord de la pensée avec le réel)

    Est objectif ce qui ne dépend pas de moi et est valable pour tous.
    Un jugement est objectif s’il est universel. (Accord des esprits entre eux)

     

    Subjectif

     

    Est subjectif ce qui se rapporte au sujet de la connaissance.
    Un jugement est subjectif s’il appartient à la conscience.

    Est subjectif ce qui dépend de moi ou d’un point de vue particulier.
    Un jugement est subjectif s’il reflète les passions, les préjugés et les choix personnels d’un sujet. Synonyme de partialité.

     

    Objectivité

     

    En général, l’objectivié est le caractère de ce qui est objectif.

    L’objectivité est l’accord de la pensée au réel. En ce sens, l’objectivité est la condition de la vérité entendue comme correspondance à la réalité (critère de vérité-correspondance).

    L’objectivité est une attitude de l’esprit opposée à la subjectivité au sens 2 et qui garantit l’objectivité au sens 1 (l’accord de la pensée avec le réel).


    Subjectivité

     

    En général, la subjectivité est le caractère de ce qui est subjectif.

    La subjectivité est tout ce qui concerne l’homme en tant qu’il est un sujet, c’est-à-dire une conscience qui connaît l’objet. 

    La subjectivité est aussi l’ensemble des caractéristiques d’une conscience individuelle. On parle souvent en ce sens de subjectivité empirique.

     

    Subjectivisme

     

    Le subjectivisme consiste à tout juger d’un point de vue subjectif au sens 2. Pour le subjectivisme en ce sens, il n’y a pas d’objectivité possible. « A chacun sa vérité ».

    Le subjectivisme débouche sur le relativisme universel de Protagoras:
    « L’homme est la mesure de toute chose. Telles les choses m’apparaissent, telles elles sont. Telles les choses t’apparaissent, telles elles sont. »


    En résumé, le débat doit porter sur une photographie et non pas la photographie.

     

    Sources :


    André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie. P.U.F.

    Sylvain Auroux et Yvonne Weil, Nouveau vocabulaire des études philosophiques. Hachette.

    • J’avais bien compris le second degré ;)))))

      Pour ce qui est de l’étymologie, tu as tout à fait raison.

      Tiens, voilà une définition intéressante « Un jugement est objectif s’il est universel. ».

    • Bonjour à vous,

      J’ose donner mon avis, et c’est peut-être un avis singulier qui regardera que moi :
      Pour moi la photo est un refuge dans lequel je peux m’exprimer, nous sommes que de passage dans ce monde cruel et des fois sans pitié !

      Lle regard de chacun est diferent mais de fois l’idée est la même, à travers la photo j’essaye de transmettre mon humeur du jour ….

      Cordialement Virgil du Croisic

    • Bonjour Virgil,

      Merci de donner ton avis.  Il ne faut pas hésiter !

      Il est vrai que la photo est un refuge.
      Quand on place notre oeil derrière l’objectif, l’appareil devient protecteur.
      Il se met entre nous et la dure réalité.

      Puis, je crois qu’un bon photographe est un être qui exploite ses tourments.
      C’est notre sensibilité qui nous permet de voir ce que les autres ne voient pas 😉

    • Merci Emir ….

    • la photo est vivante par la subjectivité.

      D une image nait l émotion .

      Une bonne photo ne se réfléchi pas a la prise de vue , pourtant celui qui la prise sait quelle
      est réussi .
      Peut t on alors parler d objectivité a la prise de vue

      Celui qui la lit , ne restera pas indifférent
      L’art est par définition subjectif

      mais ce que j écris ici est aussi subjectif certaines personnes seront en désaccord d autres adhéreront
       L universalité en matière d image existe t elle !

    • Bonjour à tous.
      Débat très intéressant que celui-ci.
      Voici mon avis sur la question :
      J’ajouterai pour ma part que l’objectivité fait appel à la notion de « vérité » et que nous, en tant que photographe, nous photographions notre « réalité ». Il n’y aurait qu’un débat sur l’objet de la photo en question (en choisir une par exemple) qui pourrait approcher d’une certaine objectivité car « vérifiée » par une pluralité de regards afin d’en dégager une objectivité reconnue comme telle.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>