Home / Actualités / Actualités photos / Facebook annonce l’hébergement de photos en haute résolution et de nouvelles fonctionnalités
Actualités

Facebook annonce l’hébergement de photos en haute résolution et de nouvelles fonctionnalités

Compte tenu de la puissance de Facebook sur le web, ces annonces poussent à s`interroger sur l`impact que pourraient avoir ces nouvelles fonctionnalités sur l`hébergement des photos en ligne. Et notamment la concurrence que peut représenter Facebook pour les services d`hébergement existants, et en premier lieu bien sûr, Flickr.

 

Il est toujours délicat de donner des chiffres sur les réseaux sociaux, ceux-ci se périmant aussi vite qu`ils sont donnés, mais Facebook est déjà la première plateforme d`hébergement de photos au monde devant Flickr, avec plus 80 milliards de photos hébergées au début 2010.

 

Jusqu`ici les limitations imposées par Facebook destinaient le réseau social essentiellement au  partage de photos entre amis ou en famille.  Cette utilisation va sans aucun doute se renforcer encore plus avec les nouvelles possibilités annoncées, qui offriront une qualité d`image supérieure, sans parler de la possibilité de télécharger les photos de ses amis pour en conserver une copie. Sur cet usage là Facebook marque sans aucun doute de nouveaux points.

 

Photo disponible en HD sur le Fabecook de National Geographic.

Mais au-delà de ça, la question se pose aussi pour tous ceux qui utilisent les services d`hébergement pour faire la promotion de leur activité photographique. La possibilité dorénavant offerte d`afficher ses photos en haute résolution, potentiellement visibles par une  base de 500 millions d`utilisateurs Facebook, couplés aux outils de promotion du réseau, peuvent amener un photographe souhaitant diffuser et promouvoir ses œuvres sur Internet à s`interroger sur le média social à privilégier.

 

Cependant, nonobstant l`attrait de cette audience potentielle que représente Facebook, gardons en tête quelques éléments sur la diffusion de photos sur ce réseau. Au-delà des aspects techniques, comme l`absence de données EXIF, de géolocalisation, ou le peu de personnalisation des galeries photos par rapport à d`autres services, l`une des questions principales est bien la protection des droits des auteurs des clichés mis en ligne sur Facebook, et l`utilisation qui peut en être faite par le réseau social.

 

Les conditions d`utilisation stipulent en effet notamment :

 

1.    Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos (« propriété intellectuelle »), vous nous donnez spécifiquement la permission suivante, conformément à vos paramètres de confidentialité et paramètres d`applications : vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l`utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation à Facebook (« licence de propriété intellectuelle »). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d`autres personnes qui ne l`ont pas supprimé.

 

2.    Lorsque vous supprimez votre contenu de propriété intellectuelle, ce contenu est supprimé d`une manière similaire au vidage de corbeille sur un ordinateur. Cependant, vous comprenez que les contenus supprimés peuvent persister dans des copies de sauvegarde pendant un certain temps (mais qu`ils ne sont pas disponibles).

 

Ajouter au fait que la nouvelle fonction de téléchargement haute résolution ne semble ni paramétrable, ni désactivable, cela mérite de bien s`interroger sur l`utilisation que l`on souhaite faire de Facebook photos dans un cadre plus professionnel.

 

Ceci dit, la meilleure solution reste peut être encore d`être présent sur plusieurs réseaux et de les utiliser chacun de la façon la plus pertinente possible en tenant compte de leurs forces et de leurs faiblesses !

 

Emeric

A ne pas louper

Untitled design (1)

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

6 commentaire

  1. Ca pue le vol de photos camouflé ça… D’une manière générale, il faut être mazo pour mettre ses photos en HD sur les réseaux sociaux.

  2. +1

    HD pour mieux se les faire piquer…

  3. Ouaaaaa ! Dans les règles ! Le grand banditiste sans se cacher (ni se faire pincer). C’est génial ! La prochaine étape est le scan de compte bancaire je pense…

  4. Durdur le web et faut se dire que c’est que le début.

  5. La meilleure solution est de ne pas se compromettre sur les réseaux sociaux.

  6. Sur les réseaux sociaux ? Sut toute les plateformes web. Qu ce soit son propre web, un service Flickr, DarqRoom ou Photoshelter… dès l’instant que c’est accessible c’est piratable, copiable.

    L’anticopie et les gadget technique pour empecher la copie ?
    Il ne faut pas rêver, les publicitaire font des copies d’écran… Les magazines ou éditeurs ? Plus futés ils regardent le code source pour récupérer la photo haute def (et avec Firefox ou Safari même plus besoin du code source…).
    Ne mettre une photo qu’à 800px sur la plus grande dimension est aussi utopique, un bon graphiste peux imprimer un peu plus grand qu’un A4 dans un magazine avec ça :)
    Visible sans être visible ?
    Etre photographe, créatif, etc… c’est accepter que d’autres se servent de vos travaux ou pire… s’octroie le mérite de ceux-ci.
    Ma solution a été de coupler les exifs et donc copyright avec l’adresse physique de mes deux macs… bien sûr ça nécéssite un version payé du logiciel qui fait ça (nikon capture NX pour nikon, Copybase pour photoshop, Anthief, etc…). Ca n’empeche pas le vol. Mais le document est marqué au fer rouge de votre copyright.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>