Home / Actualités / Actualités photos / Fotolia et les Forcats du Cybermonde
Reportage Photo

Fotolia et les Forcats du Cybermonde

Ce reportage nous fait découvrir la face cachée des banques d`images tout en nous permettant de nous faire un avis sur cette activité qui prend de plus en plus d`ampleurs.

 

Au programme :

  • Ce que rapporte réellement les banques d`images à 1€.
  • Comment travaillent les forçats des micro-stocks.
  • Ce qu`ils gagnent vraiment.
  • Le discour officiel de Fotolia (très éloigné de la réalité).

 

 

A ne pas louper

Untitled design (1)

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

8 commentaire

  1. Il ne faut pas se leurrer, qu’on le veuille ou non, la banque d’images existe. Vivons avec. Cela dit je reste persuadé qu’elle ne replacera pas un photographe. C’est toujours le principe de l’offre et de la demande. Lorsqu’un client veut quelque chose, il a deux solutions :

    – il achète quelque chose bon marché qui existe mais qui ne correspond pas exactement à ses attentes,
    – il appelle un spécialiste qui va lui faire quelque chose de personnalisé mais qui augmentera certainement son budget.
    Dans le premier cas, on est sur un modèle de banque d’images. Dans le second cas, on fait appel à un photographe professionnel.
    Cela dit, derrière les banques d’images, il y a des photographes professionnels qui, moyennant un certaine quantité de photos sur leur compte, arrivent à compenser un manque à gagner.
    Personnellement, je ne suis pas partisan de ses banques d’images… Mais comme je l’ai dit, c’est la loi de l’offre et la demande qui dirige. Tant qu’il y aura des gens pour poser leurs photos et des gens pour acheter celles- ci, elles existeront.
  2. quelle honte pour la profession… !

  3. La question que l’on peut se poser c’est :  A qui profite vraiment les banques d’images ?

    C’est sur, on peut répondre à leur fondateur qui génère d’importants bénéfices (enfin pour quelques uns). Mais il faut aussi prendre en compte le consommateur. Et je trouve, de façon très objective, que la banque d’images profite réellement au consommateur. D’ailleurs, sur cet aspect l’image (ou la photo) possède une réelle avance sur les autres médias (vidéos, mp3, films …). En effet, il est possible d’accéder à des contenus de qualité correcte pour des prix complétement cassés. Ce serait comme acheter des films à 1€. Et c’est plutôt anecdotique quand même …

    Donc, il ne faut pas être de mauvaise fois. Je pense qu’un grand nombre de photographe se batte pour faire respecter les droits d’auteur autour de leurs créations et que parallèlement ils téléchargent des mp3 et des vidéos de façon illégale. C’est un fait de société … notre mode de consommation des médias a bien changé.

    Étant web designer une partie de mon temps, j’utilise régulièrement des banques d’images pour illustrer des sites internet. A l’heure actuelle, je me pose les questions suivantes : quelles sont les alternatives aux banques d’images ? et comment est-ce que je faisais avant ? Il faut savoir que quand on réalise une site à 1000 – 1500 €, le poste illustration doit tenir la plus petite place possible dans le budget.

    Après il faut que le photographe trouve sa place dans ce contexte, et ce qui est sur, c’est qu’il n’y aura pas de la place pour tout le monde …

    Si vous avez des solutions ou des idées, pour concurrencer les banques d’images avec plus d’éthique et en mettant vraiment le photographe au cœur du mécanisme, l’équipe ReportagesPhotos sera prête à étudier la question avec vous … 😉

  4. @Machphot : je comprends ton point de vue (celui affiché sur ton site). Cela dit, les banques d’images restent des outils commerciaux. Certains photographes ont compris leur fonctionnement et se sont spécialisés dans la photo d’illustration. Ils multiplient les prises de vues bien précises car ils savent ce que les clients de ces banques attendent. 

    C’est un peu comme les sites de poker, certains savent jouer et gagnent. Beaucoup s’y essaient et se font plumer par les meilleurs qui aiment plumer les novices. C’est un peu le même principe. Une fois que le fonctionnement est compris tu gagnes. (désolé pour la comparaison mais je n’ai trouvé que cela aussi proche).
    Mais pour en revenir aux banques d’images, en allant sur les sites et en consultant les meilleures ventes, tu verras que l’on retrouve toujours les mêmes photographes avec le même type d’images. Eux gagent bien et s’y retrouvent complètement avec des photos bien amorties. Ils ont juste compris la demande des clients de la banque d’images.
  5. bon, ben puisque c’est comme ca, demain je cree une banque d’images a 1 centime !

    Franchement, qui accepte de ne pas gagner sa vie honnetement avec le fruit de son travail ? Quel est le philanthrope qui vit d’amour et d’eau fraiche ? QUi est-il ? Apres chacun sa misere, hein ! Moi je suis comme tout ces gens qui manifestent et refusent d’etre exploités.
  6. à partir du moment où tu connais les règles du jeu, je ne vois pas, en tant que photographe, ce qui est malhonnête. Ce que propose les banques d`images, sont une infime partie du métier de photographe. Et comme je l`ai dit, c`est tout sauf personnalisé. C`est sur ce dernier point que le photographe professionnel ne sera jamais doublé.

    Pour moi, ceux qui tuent le métier, ce sont les clients qui pensent que n`importe quel individu (souvent salarié) qui possède un réflex sait faire des photos. Ou pire, ceux qui misent sur l`honneur qu`un amateur compétent peut avoir à se faire publier gratuitement. Bien entendu, on ne parlera pas des sociétés qui tentent de se faire leur propre banque d`images à partir d`un concours bidon. On en a déjà parlé sur ce site.
    Personnellement, je ne fais pas d`illustration car ce domaine ne m`intéresse pas. Du coup, je n`ai aucun compte dans une banque d`images. Mais elles ne me retirent pas de travail non plus.
  7. @ Matchpot : Déjà merci d’exprimé ton avis, ces échanges nous font tous évolués. Je te comprends. On peut faire une analogie avec les tableaux de peinture à l’huile que l’on trouve sur les sites touristiques qui sont réalisés à la chaine en 1 ou 2h en Chine. Ce n’est plus de l’Art … c’est de la « déco ». Mais n’empêche qu’il y a une demande … et cela fait vivre des personnes en France et dans le monde.

    Concernant notre sujet, moi je fais la distinction entre la photo d’Art, ou la personne est dans une démarche créative, ou son but premier n’est pas forcément l’argent et mais plutôt l’expression intelectuelle. Et la photo « industrielle » qui permet de répondre au marché fleurissant du webdesign.

    Il faut voir la photo « industrielle » comme un produit ECO+, après évidement il faut des photographes pour les réaliser … donc à quand la délocalisation … ?

    Bien heuresement nous ce que l’on aime c’est la photo d’Art 😉

    L’art : est une activité humaine, le produit de cette activité ou l’idée que l’on s’en fait, consistant à arranger entre eux divers éléments en s’adressant délibérément aux sens, aux émotions  et à l’intellect. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>