Home / Actualités / Actualités photos / La droite scandalisée par un outrage au drapeau tricolore
Reportage Photo

La droite scandalisée par un outrage au drapeau tricolore

Dans la catégorie « politiquement incorrect », un photographe niçois a fait fort. Il a présenté, à un concours organisé par la FNAC, la photo d`un homme s`essuyant les fesses avec un drapeau français. Une image forte primée parmi les « coups de cœur » du jury.

 

Mais depuis plusieurs jours, la polémique enfle. La garde des sceaux, Michèle Alliot Marie, a déploré la publication de la photo dans le journal Métro du 19 mars. Alors que l`alternative d`une action en justice visant à condamner un acte « inadmissible » semble se préciser, le quotidien gratuit affirme n`avoir fait que « relater un événement local ». Un événement qui a pourtant atteint les plus hautes sphères de l`Elysée.

 

Brice Hortefeux, le ministre de l`intérieur, a demandé à ce que « les valeurs et les symboles de la république soient respectés partout, par tous ». Il s`est entretenu avec le patron de la FNAC, Christophe Cuvillier pour lui faire part de « la très vive émotion » que l`image a provoqué auprès de ses compatriotes. Il a ajouté qu`il n`accepterait pas « que la liberté d`expression soit détournée au mépris de l`emblème de notre pays ». La photographie a immédiatement été retirée de la liste des lauréats. Elle ne sera donc pas exposée.

 

Michèle Alliot Marie a néanmoins fait part de sa volonté d`engager des poursuites contre son auteur. La question est maintenant de savoir ce que dit le code pénal. Une enquête doit déterminer si des sanctions sont possibles. Selon l`article 433-5-1, « le fait, au cours d`une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d`outrager publiquement l`hymne nationale ou le drapeau tricolore est puni de 7.500 euros d`amende ». Un délit passible de six mois d`emprisonnement lorsqu`il est commis en réunions. Mais le procureur de la République de Nice a d`ores et déjà classé l`affaire sans suite, les « œuvres de l`esprit » étant exclues du champ de la loi.

 

Qu`à cela ne tienne, la ministre de la justice réfléchit déjà à la « création par décret, d`une contravention de 5° classe qui permettrait, tout en respectant les exigences du Conseil constitutionnel, de faire évoluer rapidement notre droit pour sanctionner ce type de comportement ».

 

La justice a-t-elle son mot à dire dans le domaine de la culture ? Evidemment non pour Christophe Gueugneau, journaliste au Nouvel Obs. Il juge la dérive inquiétante puisque cela permettrait à la garde des sceaux de « condamner tout artiste qui nuirait au drapeau » ou plus généralement « aux bonnes mœurs ». Pour Frederic Vezard, directeur de la rédaction de Métro France, « la question qui est posée est celle de savoir quelle est la limite de l`art, de la provocation, de la liberté d`expression ».

 

Kim Biegatch

A ne pas louper

Untitled design (1)

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

3 commentaire

  1. Personne n`a été tué ni blessé pendant la prise de cette photo. Certains ont été au pire choqués par la vision du drapeau français si près d`un orifice prévu pour une toute autre utilisation !

    Il est inquiétant de voir  que l`expression artistique est ainsi brimée. Ce que la photo exprime l`est aussi dans nombre de tableaux et photographies diverses mais de façon différente. On retrouve le même message dans de nombreuses chansons également. Ce qui ici a fait réagir les plus hautes instances, c`est le fait qu`un attribut de la république soit détourné, mais aussi que la photo soit visible par beaucoup de gens.

    D`ailleurs en créant la polémique autour de la photo et en demandant à la faire retirer des lauréats, le gouvernement donne encore plus de retentissement à la chose, le message n`en est que sublimé. Il est également inquiétant de voir la pression infligée à la FNAC et à metro … De même que les implications dans le juridique. 

    Dérive dangereuse certes … mais pour l`expression artistique et pour la liberté d`expression en général.

  2. On est à la limite du politiquement correct, mais cette photo, même si elle est polémique n`a rien de choquant. Mais il aurait été bien d`avoir le commentaire de l`image ou un apperçu de ce que pense l`auteur, histoire de situer le contexte. 
    Il y a une vive émotion. ET celà fonctionne, mais celà ne doit pas faire oublier qu`il y a un message derrière ça, ou peut-être a-t-til seulement oublié son PQ. Sans contexte. Difficile de juger et surtout de ne pas tomber dans les travers du genre : « le salaud, il a couvert de honte le drapeau, coupons lui les jambes ».
    En plein débat sur l`identité nationnale, on se demande si finalement les politiques, plus touchés par ce geste, ne sont pas plus chauvins et encore plus éloignés de la populasse qu`on ne le pensait 😛

    Ce n`est pas bien loin de Gainsbourg qui brûlait un billet devant les caméra de tv il y a quelques années. 

  3. C`est vrai que cette photo sans légende est très vague. Personnellement, je suis fier d`être français et je suis mitigé entre le fait qu`un symbole du pays est sali et la liberté d`expression. Le malaise est présent, la photographie en tant que moyen d`expression prend tout son sens. C`est par là que le jury a voté et j`espère assumera son choix en ne retirant pas le prix au photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>