Home / Les meilleurs reportages / Rana Tharu, les princesses de la forêt par Frédéric Grimaud
QUINOA-995x498

Rana Tharu, les princesses de la forêt par Frédéric Grimaud

« Parce que c’est beau ! », me répond Januki RANA THARU, 40 ans, les yeux pétillants de malice, quand je lui demande « Pourquoi portez-vous des tenues aussi colorées? ».

 

Les premières personnes à vous accueillir quand vous pénétrez dans la cour d’une maison RANA THARU se sont bien elles, tête haute et  regard serein. D’une voix douce et affirmée, elles vous invitent dans leur monde ajusté au rythme des saisons et de la nature. Le rythme de vie est quelque peu différent de celui de la capitale, rythme paisible, adapté à l’environnement.

En échange de quelques œufs, d’un poulet ou de quelques légumes, elles repartent du bazar avec des étoffes multicolores pour coudre la tenue qu’elles porteront les mois suivants. Les hommes labourent, plantent et tissent les filets que les femmes utilisent pour pêcher.

La vie quotidienne des femmes RANA THARU est essentiellement dédiée à la confection de leurs tenues, entre parties de pêche, cuisine, cultures et construction de l’habitat en terre. La confection des tenues s’effectue en 13 jours, sans croquis. Les tenues changent de style tous les ans, selon la mode des tissus récupérés. La fête des couleurs Holi, qui annonce le printemps, est une bonne occasion de montrer leur beauté.

 

Ce peuple, selon la légende, vivait en Inde dans le Rajasthan, cinq siècles auparavant. Les femmes ont fuient, avec enfants et serviteurs, l’invasion des Mongols. Les maris, eux, sont restés au combat… Les Rana Tharu, Princesses de la forêt, tout droit sorties d’un rêve, seraient le premier peuple à s’être installé dans les jungles du Teraï et immunisé contre le paludisme.

 

Dans cette jungle, les Rana sont tellement peu, qu’ils sont invisibles aux yeux de leurs concitoyens, à fortiori du gouvernement népalais. Ils sont animistes mais deviennent de plus en plus hindouistes.

Comment grandir, comment devenir une népalaise ou un népalais Rana Tharu à part entière si leur culture n’existe qu’au travers d’une danse traditionnelle ou d’une jupe bariolée aperçue dans un programme culturel télévisé ? Ils sont 200 000 à vivre au Népal, à peine 4 personnes ont un master et environ une petite dizaine ont leur Bac.

La discrimination se fait encore sentir à notre époque et l’association de préservation des Rana Tharu combat ce fléau.

 

Aujourd’hui, les nouvelles générations aspirent à autre chose, et rêve de stars de Bollywood. Les jeunes filles ne veulent plus perpétuer ce savoir faire ancestral de la confection de la Gangaria et de l’Anguilla (jupe et haut traditionnels).

Comment se démarquer et se faire une place neuve quand son peuple a toujours été oublié de tous et en particulier du gouvernement ? Comment apprendre à apprendre, quand nos parents et aïeuls n’ont connu que le langage des 5 éléments ?

La grâce de ces déesses vivantes peut-t-elle encore survivre longtemps ?

 

 

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Village de Dhangadhi, chez Januki, 40 ans. Januki se brosse les dents le matin dehors.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Dhangadhi le matin, jungle du Teraï.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Januki, 40 ans. Cette femme Rana Tharu n’a reçu aucune éducation. C’est elle qui transmet les savoirs de sa culture (langue,couture,danses…) à ses enfants.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Tija Rana – 18 ans – Classe 10, Chatakpur.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Nettoyage de la maison pendant que le mari prie. Les Rana Tharu sont à l’origine animiste mais deviennent de plus en plus hindous par la force des choses.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

07h45, Januki se prépare.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

08h09, Januki va nourrir les animaux que la famille possède (chèvres, boeufs, poules).

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Januki parle à une amie avec le téléphone portable de sa fille.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Januki va dans les champs pour prendre des herbes pour la cuisine. Les familles les plus pauvres comme la sienne, font un partage des terres, le batthaya. La moitié des récoltes est donnée au propriétaire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparation du repas de 10h00.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Januki nettoye la vaiselle avec l’eau du puits. Derrière elle, les toilettes.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Propriété de Januki en panoramique 360.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Cuisine de Januki en panoramique 360.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Chambre des enfants en panoramique 360.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Deuxième partie de la maison de Januki.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Labourage traditionnel.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Réserve des pommes de terre chez Januki.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparation du repas.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Cuisson dans un four en forme de U.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparation de la tenue traditionnelle des femmes Rana Tharu. Des bouts de tissus récupérés ou échangés serviront pour confectionner la Gangaria et l’Anguilla. Il faudra 13 jours pour terminer ce vêtement. Aucun gabari n’est effectué auparavant.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparation de la tenue traditionnelle des femmes Rana Tharu. Des bouts de tissus récupérés ou échangés serviront pour confectionner la tenue. Il faudra 13 jours pour terminer ce vêtement. Aucun gabari n’est effectué auparavent. Jupe : Gagaria. Haut : Anguilla.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Quelques jours avant la fête des couleurs Holi, les femmes vont pêcher pour avoir du poisson pour la cérémonie. La pêche se fait, dans le village Chatakpur, dans un lac auto géré.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Quelques jours avant la fête des couleurs Holi, les femmes vont pêcher pour avoir du poisson pour la cérémonie. La pêche se fait, dans le village Chatakpur, dans un lac auto géré.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Quelques jours avant la fête des couleurs Holi, les femmes vont pêcher pour avoir du poisson pour la cérémonie. La pêche se fait, dans le village Chatakpur, dans un lac auto géré.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Quelques jours avant la fête des couleurs Holi, les femmes vont pêcher pour avoir du poisson pour la cérémonie. La pêche se fait, dans le village Chatakpur, dans un lac auto géré.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Dhangadhi au couché du soleil.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Repas le soir au coin du feu en famille.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Premier soir de la fête de Holi qui annonce la nouvelle saison du printemps. Des offrandes sont données ce soir là autour d’un corps en paille que l’on fait brûler.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Tija Rana – 18 ans – Classe 10. Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Préparations pour aller danser pendant la fête de Holi. Chaque soir pendant une semaine, les danseurs du village vont de maison en maison pour danser, manger, boire.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Danses pendant Holi, fête des couleurs et du printemps.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Danses pendant Holi, fête des couleurs et du printemps.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Danses pendant Holi, fête des couleurs et du printemps.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Village de Chatakpur.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Sunita Rana – 14 ans – Classe 5. Les femmes vont chercher de l’herbe pour nourrir le bétail.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Tija Rana – 18 ans – Classe 10. Les femmes du village Chatakpur vont chercher de l’eau et de l’herbe pour le bétail. Mohana river.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Les femmes du village Chatakpur vont chercher de l’eau et de l’herbe pour le bétail. Mohana river.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Les femmes du village Chatakpur vont chercher de l’eau et de l’herbe pour le bétail. Mohana river.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Arbre, Chatakpur, près de la rivière Mohana.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Les hommes pêchent au lancé dans la rivière Mohana, Chatakpur.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Bains des buffles, Mohana river, Chatakpur.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Mohana river, Chatakpur.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Cérémonie dans la famille de la femme décédée. Une autre cérémonie aura lieu au même moment dans la famille du mari décédé le même jour. Les corps sont reconstitués avec du bambou et des vêtements traditionnels.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Cérémonie dans la famille du mari décédé. Une autre cérémonie aura lieu au même moment dans la famille de la femme décédée le même jour. Les corps sont reconstitués avec du bambou et des vêtements traditionnels.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Les femmes et hommes du village ne veulent pas voir partir l’image des défunts. Ils oublieront leur image pour toujours, aucune fête de souvenir ne sera organisée ultérieurement.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Les femmes et hommes du village ne veulent pas voir partir l’image des défunts. Ils oublieront leur image pour toujours, aucune fête de souvenir ne sera organisée ultérieurement. Des hommes attendent la charette avec les corps en paille et bambou. Il est 5 heures du matin

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Les corps sont emmenés à la rivière.

Rana Tharu, les Couleurs de la Vie - Népal 2010

Ghada, cérémonie traditionnelle de funéraille. Chez les Rana Tharu, l’image des corps est déposée sur la rivière. Les défunts sont oubliés à jamais. Aucune cérémonie de commémoration ne sera organisée. Ce peuple est animiste mais devient de plus en plus hindouiste qui a une forte influence au Népal.

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

8 commentaire

  1. Un grand merci à Frédéric pour ce travail.

    Nous n’avons pas l’habitude de publier autant de photos mais là, difficile d’en faire un tri car aucune description n’est à exclure de ce travail complet.

  2. Effectivement beaucoup de photos, mais quel regard! L’immersion dans le quotidien de ces femmes est rendu ici avec une force esthétique et dynamique d’une remarquable qualité. Merci de nous l’avoir fait partager.

  3. C’est vrai, un reportage superbe!

  4. de Belles couleurs , propres aux princesses de la forêt, j’adore le bleu du ciel qui se mêle aux couleurs des jupes et robes ajoutés aux bijoux , vraiment très beau, bravo de nous faire découvrir ses peuples dont nous n’avons que des brèves information la plupart du temps.
    Génial Fréd…

  5. C’est un reportage magique et magnifique. J’aurais aimé cependant en guise de conclusion, une interaction avec cette culture Bollywood et voir le fossé entre la culture et les traditions proposées ici, et l’avenir des jeunes de ces villages. Les questions posées ne trouvent pas leurs images. C’est ce qui en aurait fait un reportage d’auteur pourtant.

    Mais à part ce détail de chipoteur, je trouve le dialogue texte image très bien emballé, et les images… pfff, même pas magnifiques, sublimes et poétiques. Félicitations.
  6. Merci de poster ce reportage ici. Surtout les portraits que j’aime parce que les gens ne sont pas la pose, ils ne sourient pas artificiellement, de sorte qu’il est juste « cosy » ethniques. Mais # 47 est également très forte.
    (avec mon français, je ferais mieux de le publier également en anglais;-))

    Thanks for posting this reportage here. Especially the portraits I like because people are not posing, they do not smile artificially, so that it is just « cosy » ethnic. But # 47 is also very strong.

  7. Quelles images prenantes. Je me suis vraiment sentie happée dans l’univers de ces femmes (autant que cela est possible via des images, du moins). Beaucoup de dynamisme, des couleurs chatoyantes qui laissent place de temps à temps à des images plus douces qui posent l’ambiance. C’est le genre de reportage qui fait rêver et qui donne envie d’aller à la rencontre des cultures que l’on ne connaît pas encore.

  8. Bonjour, quel appareil  photo et quel objectif avez vous utilisez ?

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>