Home / Tests et Tutoriels / Tests / Ricoh GXR : Le Test

Ricoh GXR : Le Test

 

L`avenir du marché ?

 

Voila un boitier bien original que nous propose Ricoh. En plus d`avoir l`objectif interchangeable, on se retrouve avec un capteur différent pour chaque objectif. On peut être sceptique sur l`intérêt de proposer cela à une époque ou la concurrence commence à installer des capteurs APS-C sur des compacts. Néanmoins, en poussant la réflexion un peu plus loin, la stratégie peut s`avérer intelligente. Une question simple pour suivre mon raisonnement : qu`est ce qui évolue de manière significative en matière d`image sur les boîtiers numériques de nos jours ? Tout simplement le capteur. Et Ricoh nous propose donc un boitier qui ne nécessite pas forcément dévolution dans le temps avec juste les commandes et l`écran, puis en parallèle des modules capteurs et objectifs qui vont évoluer. 

 

De ce fait, si on se projette dans 2 ans avec l`évolution du marché, il faudra acheter un boitier complet chez la concu

rrence. Alors qu`avec le GXR, seul le capteur et l`objectif seront à acquérir. Financièrement parlant, cela peut s`avérer plus économique lors du renouvellement de son matériel.

 

 

Prise en main

 

Avant de découvrir le boitier, on découvre les cartons d`emballage qui ne sont pas… emballant justement. Le packaging n`est pas la principale inquiétude de Ricoh qui nous propose des cartons classiques avec juste l`inscription du contenu. D`ailleurs, par rapport à cette inscription concernant les optiques, ne vous y méprenez pas, les focales indiquées sont les focales « recadrées » par rapport au capteur embarqué et non les focales réelles.

 

Après cet interlude, concentrons nous sur ce GXR et ses modules. La première chose qui surprend, c`est le poids plume du boitier. Celui-ci n`est effectivement qu`une monture pour capteur et optique. Ce n`est donc pas le cas de ces derniers qui eux font leur poids. Niveau présentation, Ricoh est resté fidèle à lui-même en proposant un boitier sobre et discret. Les matériaux utilisés sont de qualité et ça se sent. Les zones caoutchoutées dans la zone de positionnement de la main droite rassure la prise en main.

 

 

 

Enfin, petite surprise lié à l`originalité du boitier, l`encombrement des modules est bien différents des encombrements d`objectifs classiques. Un peu déstabilisant au départ, un léger ré-aménagement du sac photo. A concept différent, habitudes différentes.

 

 

Une ergonomie en demi-teinte

 

Adepte du réflex et maintenant de toute cette génération de boîtiers compacts à objectifs interchangeables (après en avoir testé quelques-uns), je ne suis pas surpris de découvrir la possibilité de travailler en mode manuel ou prioritaire. On retrouve aussi au niveau de l`index de la main droite une molette de réglage principal, surtout lorsque l`on travaille dans un mode prioritaire. Sur la partie arrière du boitier, on a aussi la possibilité de paramétrer deux boutons afin d`accéder rapidement au mode AF et à la sensibilité par exemple. Pour finir avec le paramétrage, la molette qui se situe au niveau du pouce donne accès à un menu rapide de divers réglages, éditable lui aussi.

 

 

Une fois que l`on a passé un peu de temps à paramétrer à notre convenance, le boitier devient fort agréable à manipuler, surtout avec la focale fixe de 50mm (33mm en valeur optique). Par contre, cela devient un peu plus compliqué lorsque l`on installe un autre module qui lui possède un zoom. Le réglage de la focale se fait dans ce cas par deux boutons au niveau du pouce droit, boitier compact oblige. Malheureusement, notre cadrage de vient beaucoup moins précis lorsqu`on travaille entre la focale minimale et la focale maximale. 

 

Pour finir sur une bonne note concernant la manipulation du boitier, deux choses m`ont particulièrement plu par rapport à ma façon de travailler. Ce point de vue est donc totalement subjectif mais mérite un peu d`attention.

En premier, la correction d`exposition est directement accessible avec les boutons +/- sans qu`il soit nécessaire d`appuyer préalablement on en même temps sur un autre bouton.

Enfin, lors de la prise de vue, un niveau peut être affichable sur l`écran. Celui-ci et vous vous en doutez, est très pratique pour faire des photos droites. Certains photographes qui ont le don bien malgré eux pour faire pencher leur photo n`ont pas besoin d`investir dans un accessoire supplémentaire. 

 

 

Module différent, rendu différent

 

Quel que soit le module utilisé, les images qui ont sont issues sont agréables par leur qualité. Bien entendu, la montée en sensibilité est différente selon le module utilisé. Néanmoins, le module avec le 50mm et le capteur APS-C reste celui qui propose la meilleure prestation en terme purement image. Mais ce dernier reste le plus encombrant, encore un dilemme pour le photographe.

 

Module A12 à 1600iso – 100% (capteur APS-C)

 

Module P10 à 800iso - 100% (capteur CCD)

Module P10 à 800iso – 100% (capteur CCD)

 

En regardant de plus prêt les photos, on constate que le capteur CCD possède le défaut de tous les capteurs de compact, à savoir incapable de monter en sensibilité. Par contre, du côté du module avec le modèle APS-C, on retrouve un résultat plus que correct lors de cette même montée.

 

 

Il ne faut pas être pressé

 

Oui, le GXR, monté du module le plus intéressant (comme cité ci-dessus), nécessite un peu de patiente lors de la mise au point. Le moteur est relativement lent pour parcourir toute la plage de mise au point, mais ce n`est pas tout. En plus de cela, il a du mal à la faire point d`aller en butée et repartir en arrière. Donc si vous souhaitez immortaliser un instant très bref, il va être nécessaire de bien anticiper le moment. Même si cela est le rôle du photographe, il en exige tout de même un peu plus de son matériel de nos jours.

 

Bien entendu, nous avons toujours la possibilité de faire une mise au point manuelle. Un zoom est fait à l`écran sur une partie de la photo et il faut ensuite manipuler la bague sur l`objectif. Toute cette assistance pour cette manipulation est forte agréable mais l`action dure néanmoins un certain temps. Enfin, information importante, la mise au point manuelle n`est possible que sur le module avec la focale fixe, les autres modules n`ayant pas de bague sur les objectifs.

 

 

Conclusion

 

Nul doute que Ricoh fait dans l`originalité avec un intérêt sur le long terme. Je ne pensais pas dire cela au sujet d`un boitier numérique, mais ce boitier peut devenir un investissement car les évolutions pourraient revenir à moindre coût, avec des capteurs de plus en plus performants sans avoir besoin de changer la base du boitier. De ce fait, on pourrait changer de rendu sans changer les habitudes photographiques. Cela dit, sur les modules fournis, seul le A12 ayant le capteur APS-C possède les moyens de concurrencer le marché. Malheureusement, la focale de 33mm impose un certain encombrement. Les prestations de qualité d`image sont fidèles à la réputation de la marque. Par contre, on regrette fortement l`auto-focus médiocre. Et ce n`est pas peu le dire.

 

On a aimé :

  • paramétrage au poil
  • bonne ergonomie
  • le petit détail qui tue : le niveau
  • le module A12 qui est le seul au niveau (iso et qualité d`image)
  • l`originalité du concept

On a moins aimé :

  • le module P10
  • l`AF indigne

 

Vous trouverez dans la galerie une série de photos réalisées lors du test. Les photos présentées n`ont subi aucun post-traitement.

A ne pas louper

Test cours de photo : Stage photo parisien

Parmi les différentes formules proposées, j’ai testé la sortie du samedi après-midi (14h30-18h dans les ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.