Home / Reportages photos / Les reportages / Roms du Kosovo : européens malgré nous par Ulysse Lefebvre
Roms du Kosovo _ européens malgré nous

Roms du Kosovo : européens malgré nous par Ulysse Lefebvre

 Roms Dans la banlieue de Pristina, au Kosovo, on distingue les roms (« homme » en hindi, qui parlent le romane) des ashkalis et égyptiens (albanophones aux origines floues, de la Turquie à l’Egypte en passant par Israël ou la Palestine). Ce sont dans tous les cas des femmes, des hommes et beaucoup de gamins qui sont comme partout une minorité exclue et qui tentent de trouver une échappatoire dans un pays qui n’est que rarement le leur.

Kosovo Fushë Kosovë est une ville en banlieue de la capitale kosovarde. Le village rom qui s’y trouve est caché, loin du centre-ville. Il faut pour y accéder rejoindre la gare de trains et traverser les voies ferrées, frontière symbolique entre ceux qui peuvent encore voyager pour le plaisir et ceux qui se le doivent par nécessité. Camp Primitiv, plus loin en campagne, est un quartier à l’écart du centre-ville d’Obilić.  Son seul nom, à la signification sans équivoque, laisse présager des conditions de vie de cette minorité dans l’un des pays les plus pauvres d’Europe.

Europe Certes, le Kosovo est un pays neuf qui ne fait pas partie de l’Union Européenne (UE) et de l’Espace Shengen. Pourtant, avec vingt-deux membres de la communauté sur vingt-sept reconnaissant son indépendance, l’euro comme monnaie nationale, une présence policière européenne bien visible (EULEX), un organisme européen de conseil politique au gouvernement (EUSR) ainsi qu’un autre de conseil institutionnel et économique (EC), le Kosovo fait presque figure de protectorat européen à part entière. La corruption, l’économie moribonde et la pauvreté persistante restent néanmoins des éléments du quotidien.

« Chez eux ». Plus qu`ailleurs, cette atmosphère européenne si particulière se retrouve également chez les roms de Pristina. En discutant avec eux, du gamin de douze ans au vieillard radotant, il est frappant de constater à quel point les langues étrangères sont ici pratiquées. C’est que l’immense majorité de ces gens ont vécus dans divers pays d’Europe. Certes il s’agit parfois de quelques jours dans ce pays ou seulement quelques semaines dans cet autre Etat ; mais le plus souvent ce sont des années passées dans un coin d’Europe occidentale à travailler discrètement après avoir trouvé, enfin, un logement décent. Quant aux plus jeunes, beaucoup ont passé les trois quarts de leur courte existence dans ces pays et en ont pris la langue comme mode d’expression maternelle. Ils s’en sont appropriés la culture, la façon de penser mais aussi le confort de vie « à l’occidentale ».

La réalité de ces européens malgré eux est rude, lorsque qu’après plusieurs années en Italie, en Allemagne, en France ou encore en Belgique, ils sont renvoyés dans leur ghetto du Kosovo parce que l’on estime qu’ils doivent maintenant rentrer « chez eux ».

Site du photographe : Ulysse Lefebvre

Voyager, plaisir ou nécessité... La gare ferroviaire sert de frontière avec le reste de la ville kosovarde. Fushë Kosovë, 2010.
Voyager, plaisir ou nécessité… La gare ferroviaire sert de frontière avec le reste de la ville kosovarde. Fushë Kosovë, 2010.
L’usine agro-alimentaire turque Universal food se dresse fièrement au dessus du village de Fushë Kosovë. Fushë Kosovë, 2010
L’usine agro-alimentaire turque Universal food se dresse fièrement au dessus du village de Fushë Kosovë. Fushë Kosovë, 2010
La voie ferrée comme terrain de jeu. Fushë Kosovë, 2010
La voie ferrée comme terrain de jeu. Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Récupérer, dans ces tas d’ordures, barrières détritiques venues d’on ne sait où. Fushë Kosovë, 2010
Récupérer, dans ces tas d’ordures, barrières détritiques venues d’on ne sait où. Fushë Kosovë, 2010
Exclus chez les exclus. Fushë Kosovë, 2010
Exclus chez les exclus. Fushë Kosovë, 2010

8

Eleveur de poules. Fushë Kosovë, 2010
Eleveur de poules. Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Au cœur du village résonnent des échos d'Europe, passée ou à venir, encore et encore. Fushë Kosovë, 2010
Au cœur du village résonnent des échos d’Europe, passée ou à venir, encore et encore. Fushë Kosovë, 2010
Voyages. Fushë Kosovë, 2010
Voyages. Fushë Kosovë, 2010
Chavo revient de seize ans en Europe. Il redoute la fin de sa dernière boite d'antidépresseurs, administrés en Belgique mais introuvables au Kosovo. Fushë Kosovë, 2010
Chavo revient de seize ans en Europe. Il redoute la fin de sa dernière boite d’antidépresseurs, administrés en Belgique mais introuvables au Kosovo. Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Fushë Kosovë, 2010
Khani a vécu la moitié de ses vingt-deux ans en Italie. Ne connaissant pas l'albanais et à peine le romane, il parle italien avec ses parents. Depuis à peine un mois au Kosovo, il a déjà planifié et financé un nouveau départ. Fushë Kosovë, 2010
Khani a vécu la moitié de ses vingt-deux ans en Italie. Ne connaissant pas l’albanais et à peine le romane, il parle italien avec ses parents. Depuis à peine un mois au Kosovo, il a déjà planifié et financé un nouveau départ. Fushë Kosovë, 2010
Devant la maison qu'il a construite lui-même, Zarim fait une démonstration de capoeira. Après avoir appris pendant près de dix ans en Allemagne, il y était devenu professeur. Depuis son retour il y a un an, il voit toutes les portes d'écoles de danse se fermer devant lui. Fushë Kosovë, 2010
Devant la maison qu’il a construite lui-même, Zarim fait une démonstration de capoeira. Après avoir appris pendant près de dix ans en Allemagne, il y était devenu professeur. Depuis son retour il y a un an, il voit toutes les portes d’écoles de danse se fermer devant lui. Fushë Kosovë, 2010
La guerre, que beaucoup de roms ont fui, a transformé le paysage. De nouveaux logements albanais repoussent sur les ruines de maisons roms. A l'intérieur de ces dernières, on s'organise comme on peut, l'oreille tendue vers le fils ou le cousin installé en Europe. Alentours d'Obilić, 2010
La guerre, que beaucoup de roms ont fui, a transformé le paysage. De nouveaux logements albanais repoussent sur les ruines de maisons roms. A l’intérieur de ces dernières, on s’organise comme on peut, l’oreille tendue vers le fils ou le cousin installé en Europe. Alentours d’Obilić, 2010
Alentours d'Obilić, 2010
Alentours d’Obilić, 2010
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Camp Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
Primitiv, 2010.
"peu importait l'histoire ; il leur plaisait tout d'un coup d'être tristes"  (N. Bouvier)  ...et inversement... Camp Primitiv, 2010.
« peu importait l’histoire ; il leur plaisait tout d’un coup d’être tristes »
(N. Bouvier)
…et inversement… Camp Primitiv, 2010.

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

7 commentaire

  1. Magnifique photo-reportage d’Ulysse Lefebvre sur les Roms du Kosovo… A relayer !

  2. Effectivement, très bon reportage. Cela change de ce que l’on a vu dernièrement sur les Roms.

    Et si l’on va au nord-est de la Roumanie, on retrouve aussi des Roms sédentaires. Il y a encore autre chose à découvrir. 
  3. Merci beaucoup !

  4. Beau reportage, très sobre

  5. Ma-gni-fique reportage. Un très beau noir et blanc, des points de vues originaux et un travail « en immersion » … je suis assez fan en fait.

  6. Magnifique! Et la photo numéro 16: chapeau bas!

  7. reportage tres impregné et impregnant. Merci beaucoup pour ce moment fort d evasion : très impliqué, bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>