Home / Tests et Tutoriels / Tests / Test du Canon EOS 60D
Reportage-Photo

Test du Canon EOS 60D

Les dernières évolutions des boîtiers de la série xxD (30D, 40D, 50D) n`apportaient pas de réelles innovations par rapport à leurs prédécesseurs, les différentes spécifications étaient évidement revues à la hausse, et portées sur les modèles grand public par la suite. Avec l`arrivée du 550D, le 50D est devenu presque dépassé, si on met de coté la construction et la prise en main. Le 60D vient un peu bouleverser ce système d`évolution en proposant un boîtier à l`ergonomie entièrement nouvelle, conçue pour attirer des utilisateurs plus variés, et vient se positionner quelque part entre les xxxD et les boîtiers pro, pas vraiment sur une suite logique du 50D.

 

Nous l`avons eu entre nos mains pour se forger notre propre opinion, mais nous parlerons ici des nouveautés ergonomiques plutôt que des spécifications techniques, qui pour résumer sont : capteur 18 Mpx (idem 7D), 5,3 images par seconde, la vidéo 1080p…

 

Premiers contacts

 

Avant sa sortie, le 60D était déjà critiqué pour son coté `plastique`, la composition du châssis et de la coque ayant été modifié pour `alléger` l`ensemble tout en conservant la rigidité du boîtier. Si le touché est peut-être un peu différent de ses grands frères, c`est un détail minime. La prise en main reste bonne et agréable, donc oui, c`est un beau boîtier.

 

 

Mais surtout, la première chose qui saute aux yeux, c`est ce nouvel écran, un écran monté sur rotule, rotatif, c`est une première dans le monde des reflexes Canon ! Il est maniable et il est possible de le placer dans bon nombre de positions, permettant d`avoir un visuel sur l`écran à bout de bras, au sol, dans un angle, et même de face, pour les amateurs d`auto portrait, c`est tellement pratique qu`on se surprend à l`utiliser beaucoup plus souvent qu`un LiveView ordinaire, sans parler de la vidéo ou cet écran est vraiment un atout indéniable. En effet, nombre de caméra, professionnelles ou amateurs disposent d`un écran de ce type. (à noter que l`ajout d`un viewfinder type LCDVF déjà testé sur RP ne sera pas possible à moins de se priver définitivement de pouvoir mettre l`écran en position fermée). Lisible et d`un format différent des autres modèles (rapport 3:2), il est à n`en pas douter un atout précieux pour décider quelques amateurs hésitants.

 

 

Une ergonomie revue par nécessité

 

L`arrivée de cet écran a forcément nécessité quelques remaniements au niveau des différents boutons. Ainsi, aucun bouton sous ou à gauche de l`écran, comme le 50D ou le 7D, un bouton de suppression qui vient se positionner au-dessus (pas très pratique à mon goût), juste sous la roue des différents modes. Une roue de mode qui se trouve dotée d`un petit atout, en effet, elle est verrouillée et l`appui sur un bouton au centre de celle-ci est nécessaire pour la faire tourner. Je ne sais pas vous, mais il m`arrive régulièrement de changer de mode sans faire exprès en attrapant le boîtier dans mon sac.

 

A droite de l`écran on trouve le menu, la touche info, lecture, la touche Q permettant l`accès visuel à aux paramètres de prise de vue (on y reviendra plus tard), le bouton LiveView/démarrage de l`enregistrement vidéo, et une roue codeuse. Le joystick lui, qui à mon avis est un des principaux avantages ergonomiques présents sur les xxD et xD, à disparu, ou plutôt, c`est déplacé à l`intérieur de la roue codeuse, entourant le bouton `set`. Ce choix m`a plutôt surpris, alors si un utilisateur de xxxD trouvera cette disposition intéressante par rapport à son boîtier, et si il est vrai qu`a l`usage il est facile à utiliser, il n`atteint pas à mes yeux les qualités du disparu joystick. Et d`autant plus lorsque l`on à l`œil collé au viseur.

 

 

Sur la gauche du boîtier on retrouve l`espace connectique avec l`absence de prise PC Sync, et on  une prise télécommande issue des séries xxxD, j`ai donc pu ressortir ma vieille télécommande de 350D, incompatible avec les xxD.

 

 

Un bouton pour une fonction

 

L`épaule droite reçoit aussi ses modifications, si l`écran change un peu de forme, il conserve toutes les informations habituelles sur cette gamme, mais ce sont surtout les boutons de réglages qui évoluent. Ils sont plus larges, plus plat et facile à trouver à bout de doigt, plus nombreux (4 au lieu de 3) mais au lieu de contrôler un couple de fonctions comme sur le 50D ou le 7D, en utilisant le jeu roue codeuse/molette avant, il n`en contrôle plus qu`une. Ainsi, le réglage de la balance des blancs et la compensation d`exposition du flash se fait nécessairement sur l`écran, en utilisant la touche `Q`. Je n`y voit pas trop d`inconvénient pour le changement de la balance des blancs, mais la compensation à la volée de l`expo flash sans quitter l`œil du viseur est quand même bien pratique, dommage donc.

 

 

Un mode video dans les xxD

 

Enfin sur le coté droit, la trappe pour carte mémoire, qui abandonne le Compact Flash pour passer sur SD card. Je n`ai rien contre le format SD, mais les possesseurs de boîtiers Canon devront prévoir l`ajout de nouvelle carte mémoire en plus de l`achat du 60D, le prix des cartes pouvant vitre être important, le prix global pourra se rapprocher de celui du 7D.

 

Passons un petit peu du coté du mode vidéo, et commençons par une petite critique, le passage entre le mode photo et le mode vidéo se fait par la molette de sélection des modes, ainsi, il vous faudra effectuer un tour complet pour passer du mode `M` au mode vidéo, mode vidéo qui par défaut est en automatique, et qu`il faudra changer via les menus sur l`écran. La perte de réactivité sur ce point par rapport au  7D est importante, habitué à ce dernier, je passe souvent d`un mode à l`autre en conservant les réglages et ce, juste en utilisant le bouton dédié. Pour le reste, la qualité est identique au 7D, on trouve en plus le réglage manuel de l`enregistrement audio, avec la possibilité de compenser le souffle du vent dans le micro et de régler le gain. L`écran prouve encore ici que c`est une vraie bonne idée, le fait de pouvoir le lire, peu importe la position du boîtier, est un régal.

 

Un menu éprouvé

 

Terminons notre tour d`horizon par les menus proposés par ce 60D, là encore, la disparition du joystick me fait progresse moins vite, peut être par manque d`habitude ? Les menus sont équivalents au 7D ou au 50D, mais deux petites nouveautés font leur apparition : la possibilité de développer les RAW, et des filtres créatifs.

 

En effet il est désormais possible de traiter ses RAW directement sur le boîtier et d`avoir accès à la balance des blancs, l`exposition, le style d`image et enregistrer le tout en JPG. En aucun cas ça ne pourra remplacer un logiciel comme DPP ou Aperture, mais ça peu dépanner pour une impression directe.

 

Les filtres créatifs quand à eux permettent d`appliquer à vos images un effet miniature, un effet toycam et autre, et d`enregistrer en JPG, fun, mais clairement destiné à des utilisateurs peu regardant sur le résultat précis de l`image, la taille de l`écran permettant difficilement d`apprécier le résultat, les pros ne s`y arrêteront même pas.

 

Le 60D reprend le capteur du 7D, mais pas sa partie processeur, et ça se sent, les deux fonctionnalités précédentes souffrent d`une certaine lenteur, et passé la surprise de leur découverte, j`ai vite laissé tomber.

 

Comparatif avec le 50D

 

En voyant sortir un nouveau boitier expert dans la gamme à deux chiffres de Canon, on se dit par déduction que le 60D est le successeur du 50D. Mais est-ce réellement le cas ?

 

 

La première différence que l`on ressent est la qualité des matériaux utilisés. Cette gamme était pourtant réputée pour cela, et ce à partir du 10D. Cela est dommage car les photographes exigeants, voir certains professionnels, se retournaient vers cette gamme pour travailler. Mais la grosse différence n`est pas là.

 

 

Comme cela a été précisé plus haut, le changement d`ergonomie est plus dû au choix du constructeur pour ce type d`écran qu`une réelle volonté d`évolution. Pour les adeptes de la gamme, cela peut devenir déroutant. Néanmoins, un temps d`adaptation permet de retrouver des automatismes, temps qui n`existait pas auparavant.

 

Canon a aussi fait le choix d`avoir un bouton pour une fonction. Les habitués de la gamme savent que sur les boutons présents sur la partie haute du boitier, il y avait deux fonction, chacune réglable par l`actionnement du-dit bouton et la rotation de la molette ou la roue codeuse. Il a fallu donc prioriser des réglages et c`est la balance des blancs qui disparait pour n`être accessible que via le menu. Certains diront « on s`en fout de la balance des blancs, j`enregistre en RAW » ou encore « on peut la modifier en post-traitement ». Ils n`ont pas forcément tord mais, personnellement, je préfère me concentrer sur la prise de vue et réduire tout le post-traitement (sans le négliger). Pour rappel, ce réglage reste l`élément le plus important pour la colorimétrie d`une photo en numérique.

 

En dehors de cette ergonomie qui marque un virage dans la gamme des xxD, cet écran orientable affiche clairement la volonté d`attirer un public plus grand avec le 60D, le choix de fabrication est la pour nous conforter dans cette idée. A la question est-il le successeur du 50D ? Il est clair que non. Faire un boitier meilleur que ce dernier aurait mis notre boitier en test trop proche du 7D. Enfin, compte tenu du prix de chacun d`eux, le 50D apparait comme une très bonne affaire de nos jours car il est loin d`être dépassé.

 

Conclusion

 

Situé, en terme de prix, entre le 50D (qui va devenir une véritable bonne affaire) et le 7D, ce 60D offrent des nouveautés intéressantes mais souffre aussi de petites pertes (modifications ?) ergonomique qui peuvent surprendre, et d`un passage à la SD qui forcera les adeptes de la marque à réinvestir dans de nouvelles cartes mémoire. Plus petit et plus lègé (sur le papier, personnellement, les quelques dizaines de grammes en moins, ça ne m`a pas marqué !) que ses prédécesseurs,  il franchit une nouvelle étape dans la convergence des mondes vidéos et photos avec cet écran mobile, qui comblera les amateurs de LiveView et les vidéastes amateurs, dommage que le switch entre les deux modes ne soit pas plus intuitif et rapide. Proposé à un tarif habituel pour son positionnement, ce nouveau boîtier tient ses promesses et se fait très agréable à utiliser.

 

Nous remercions le site Materiel.net pour le prêt de l`appareil. Si vous souhaitez l`acquérir sur leur site, c`est par ici.

 

 

 

 

Test : Nicolas Bernard

Comparatif : Eric Martzloff

A ne pas louper

RP - Stage

Test cours de photo : Stage photo parisien

Parmi les différentes formules proposées, j’ai testé la sortie du samedi après-midi (14h30-18h dans les ...

4 commentaire

  1. Frederic Bernard-Payen

    Bel article  😉 par contre, « un écran monté sur rotule, rotatif, c’est une première dans le monde des reflex « 
    euh … olympus E-3, février 2008 ? 😉

  2. La gamme xxD descend en gamme depuis l’apparition du 7D.

  3. Merci pour ce test, c’est intéressant et laisse pas mal à reflechir sur l’achat de ce boitier

  4. @fbp : merci, la coquille avait échappé à la relecture. Il y a eu effectivement Olympus avant Canon. C’est corrigé ! ;))))))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>