Home / Reportages photos / Les reportages / Ultimate Fighting Par Thomas Vanden Driessche
Ultimate Fighting

Ultimate Fighting Par Thomas Vanden Driessche

Sport de combat hyper exigeant pour les uns, apologie de la violence pour les autres, le « Mixed Martial Arts » (MMA) est en pleine expansion. Vulgairement appelée « free-fight » (combat libre), cette discipline aussi complète que controversée, à la croisée de la boxe (thaïe et anglaise), de la lutte et d`autres arts martiaux, s`impose également peu à peu en Europe.

En réalité, le MMA trouve son origine dans la Grèce antique avec le « Pankration », l`une des premières formes de combat à mains nues où tous les coups étaient permis, à l`exception des morsures et des frappes aux yeux. Mais il a véritablement pris son envol durant les années 1900-1920, au Brésil, avec le « vale tudo » (« tout est permis ») et par la suite au Japon. Dans les années 80, le « free-fight » est devenu très populaire aux Etats-Unis. « A l`époque, il n`y avait pas de limite de poids, ni de catégories, ni de temps dans les combats. C`était anarchique, sanglant et complètement absurde.  Au fil du temps, d`importantes organisations ont vu le jour (UFC, Pride FC…), les règles sont devenues plus restrictives (liste de 31 fautes, arbitrage rigoureux…), les médias se sont emparés du phénomène, avec d`importants enjeux financiers à la clé.

Les sports de combats avec frappes au sol sont toujours interdits en France. Pourtant comme dans tous les autres pays d`Europe, la popularité du mixed martial arts explose dans l`hexagone. Des clubs se créent un peu partout dans le pays. Chaque week-end des jeunes Français pratiquants de MMA parcourent des centaines de kilomètres pour combattre en toute légalité en Belgique, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas.
Les combats sont filmés et rapidement placés sur le web. Une manière de se faire connaître et peut être d`obtenir un contrat pour quelques combats rémunérés dans un des grands championnats internationaux. Tous rêvent de gravir rapidement les échelons de cette nouvelle discipline où tout semble possible.

 1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

 

Le photographe

 

Thomas Vanden Driessche est né à Louvain en 1979. Diplômé en journalisme et management, il a travaillé ces 6 dernières années dans le domaine de l`aide humanitaire d`urgence tout en développant en parallèle des travaux photojournalistiques personnels. Fortement attaché à la tradition documentaire, sa photographie est souvent frontale et s`évertue à décomposer la réalité. Ses projets les plus récents abordent la question de l`industrialisation galopante en Inde avec une série sur la ville parfaite de la multinationale Tata ou encore l`exploitation suicidaire du charbon dans la région de Dhanbad. Thomas poursuit également un projet de longue haleine sur la banalisation de la violence en Europe. Dernièrement sa série de portaits de mineurs indiens « The Shift » ainsi que son travail sur la région minière de Dhanbad « Kalaheera » ont été exposées à Paris (Bibliothèque MK2, espace Dupon). Thomas travaille et vit actuellement à Bruxelles.

 

Site du photographe : Thomas Vander Driessche

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

8 commentaire

  1. Je ne suis pas trop fan des sports de combat, mais j’aime beaucoup cette série, il y a quelques images très fortes

  2. Tout à fait Sylvain. Cela explique notre choix de publication. Ce reportage ne met pas en avant des hommes qui ont une passion. Certes, tout le monde ne la partage pas mais on peut apprécier le travail de Thomas.

  3. ! Les clichés sont sublimes ! J’adore les cadrages, la gestion des lumière et les couleurs.  Je trouve ce reportage trés bien fait. Il ammène une réflexion sur ces hommes, leur passion, qui ils sont…et cette ultra-violence. Bravo à la rédac pour ce choix de publication !

  4. Vanden Driessche Thomas

    Merci les gars pour vos sympathiques commentaires. L’idée intiale était de sortir des modes de représentations un peu stéréotypés des sports de combat (noir et blanc, 24×36, le moment décisif) pour tenter de décomposer et de décoder un peu plus subtilement cet univers de l’ultimate fighting.

    Le moyen format argentique en lumière naturelle était une bonne contrainte pour tenir cette ligne.

    C’est sympathique de voir l’intérêt que suscite ce sujet sur votre site. Ca fait un an que j’essaye de le vendre à la presse. Seul un quotidien belge « Le Soir » l’a acheté récemment pour en faire une double page…

    Merci donc à Reportagesphotos.fr pour cette visibilité sur le net.

     

  5. J’ai mis à l’approbation des administrateurs : « Focale Alternative Magazine #10″ qui traite de ton travail.

  6. Merci pour l’article focale alternative… on publiera ça demain. ;))))

  7. Vanden Driessche Thomas

    Thanks Philippe, thanks Eric… Ah, la belle réactivité du web… Sympathique point de convergence entre FA et RP. Bonne journée.

  8. Vraiment une superbe série, les portraits en disent long sur l’atmosphère qui règne dans les vestiaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>