Home / Actualités / Actualités photos / Un 31 décembre chez les Zapatistes : Couleurs de la Terre – Une série de Grégory Desplaces
Reportage Photo

Un 31 décembre chez les Zapatistes : Couleurs de la Terre – Une série de Grégory Desplaces

(Un clic à gauche dans la boite actions pour découvrir le reportage).

 

En 1910, Emiliano Zapata, avait pris la tête d`une révolution qui exigeait: « Tierra y Libertad », au nom des indiens, mais finalement de tous les pauvres et les sans terre du Mexique. L`affiliation était toute trouvée.

 

Après 12 jours de combat et 39 municipalités libérées, l`EZLN et l`État mexicain, sous la pression de la société civile nationale et internationale signent un cessez-le-feu à San Cristóbal de la Casas. S`en suivent de longs pourparlers entre défiance, méfiance, mensonges et stratégie militaire, qui aboutissent, en 1996, aux accords de San Andrés, par lesquels l`État s`engage à reconnaître constitutionnellement le droit à l`autodétermination des peuples indigènes. Ces accords n`ont jamais appliqués.

 

Les Zapatistes coupent alors tout dialogue avec le gouvernement mexicain, exigeant comme préalable trois choses: la libération de tous les Zapatistes emprisonnés, le retrait des troupes fédérales de sept villages occupés et l`application des accords de San Andrés. Malgré le changement de majorité en 2000, malgré la marche des Zapatistes en 2001 et leur intervention devant les députés, la situation reste figée.

 

 

Aussi, au Chiapas, on s`organise et dans chaque village, les accords de San Andrés sont appliqué unilatéralement, les communautés se structurent de façon autonome et indépendante. C`est ainsi que naissent les Caracoles (escargots) et les Juntas del Buen Govierno (conseils du bon gouvernement), cadres évolutifs d`une réelle démocratie participative. L`EZLN, qui en tant qu`armée ne se considère pas comme démocratique, est totalement absente de ces organes de décisions locales. Les villages sont gouvernés par les villageois avec comme principe que celui qui commande, commande en obéissant.

 

Le village d`Oventic, accueillit, le 31 décembre 2008, lors du 1er festival de la Digna Rabia, le réveillon-anniversaire des 15 ans du soulèvement.

 

 

Comme dans les autres Caracoles, les habitants d`Oventic se sont dotés d`écoles et de programmes qu`ils ont eux-même définis en fonction de leurs priorités, de cliniques pouvant soigner les urgences, etc. En parallèle, les collectifs féminins zapatistes se sont attachés à inclure les femmes dans cette nouvelle organisation. La Commission Civile Internationale d`Observation des Droits Humains (CCIODH) a constaté, dès 1998, une amélioration significative des conditions de vie, dans les communautés zapatistes.

 

Les habitants du Chiapas ne sont pas des universitaires ni des soldats, ce sont des paysans, qui aujourd`hui, ont le destin de leur village, de leurs terres et de leurs enfants entre les mains. Malgré les 15 ans du soulèvement, on voit dans leurs regards de la fragilité, des doutes, mais aussi de l`espoir et de la fierté. Telle est la couleur de ceux qui sont la couleur de la terre du Chiapas.

 

Grégory Desplaces

A ne pas louper

Untitled design (1)

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

2 commentaire

  1. Rien à dire. Très bon texte informatif, peut-être un peu trop. Un peu d`engagement/sentiment comme on le voit dans tes photos aurait un peu plus lier le texte à l`image.
    Mais c`est un détail. C`est juste beau et maitrisé. Romancer et informatif. 
    « tip top » comme on dis par ici. 

  2. J`aime le fond, j`aime la description qui accompagne les photos.

    J`aurais par contre aimé en voir un peu plus sur leur univers.. On retrouve principalement des portraits serrés dans cette série et je pense que voir ce peuple un peu plus immergé dans leur environnement aurait pu rendre ce témoignage encore plus fort..

    Beau reportage, bien traité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>