Home / Reportages photos / Les reportages / Une Histoire australienne par Yann Audic
1

Une Histoire australienne par Yann Audic

Le 27 Mai 2009, ce fut une grande soirée de boxe en Australie (photo 20). D`abord on allait assister au combat entre Anthony « The Man » Mundine et Daniel « The Real Deal » Geale pour la ceinture de champion du monde Middle Weight IBO et surtout c`était le premier combat professionnel de Sonny Bill Williams.

Ce dernier est en fait rugbyman et une véritable star en Australie. Mais depuis l`année dernière Il évolue sous les couleurs de Toulon. Mais, car son départ fracassant pour la French Riviera a été vécu comme une véritable offense. Ca lui valu, à 23 ans, d`être l`homme le plus détesté d`Australie. Pour preuve la une du Daily Telegrapher en Juillet 2008 : « Judas Au revoir » en français dans le texte ! Il effectue donc son grand retour Downunder après sa saison dans le Midi (photo 5) et c`est peu dire qu`il était attendu.

La famille Mundine (photo 15), ça fait déjà un bout de temps qu`ils écrivent la légende du sport australien et de ces athlètes aborigènes. Toujours la même histoire pour ces populations discriminées qui ne parviennent à la reconnaissance que par le sport et cela que ce soit à Alice Springs, à Los Angeles ou aux Ulis.

Pour le père : Tony, tout commence en `68. Remarqué pour ses qualités athlétiques, il arrive du bush pour jouer au Rugby League (rugby à XIII) à Sydney et notamment pour Redfern scellant la relation entre les Mundine et ce quartier défavorisé de South Syndey. Au départ, la boxe, c`était d`abord pour garder la forme puis la nécessité d`arrondir les fins de mois l`ont poussé à combattre professionnellement. Bonne idée, Il va raflé tous les titres australiens, tous les titres du Commonwealth : 96 combats, 80 victoires dont 65 par knock-out. Aucun boxer australien n`a réussi à le battre en 16 ans de carrière. Il a juste échoué à conquérir la ceinture mondiale en 74 face à Carlos Menzon, damned ! Et les meilleurs souvenirs de sa carrière, c`est à Panam, au Palais des Sports avec la une de l`Equipe en noir et blanc, costumes croisés et chapeau mou dans les rangs. la grande époque de la boxe en France. Tony la classe. Il a l`économie des mots et le regard sûr quand Anthony est loquace mais semble souvent inquiet lorsque les caméras s`éclipsent. Enfin pour ce combat, Tony s`est acquitté du coaching de SBW (photo 6), et ce n`était pas un exercice facile que de transformer un rugbyman en boxeur en un mois …

Anthony (photo 3), c`est 7 ans de carrière professionnel en Rugby League au plus haut-niveau. Il a aussi représenté le NSW dans les matchs de « State of Origin », il n`est pas passé à côté de sa carrière ! Puis comme son père 30 ans plus tôt, il a commencé la boxe et gagné rapidement 2 titres de champion du monde, c`est pas commun. Mais sa carrière a failli faire long feu en 2007. Il a été près de perdre l`oeil gauche après avoir nettoyé sa lentille … avec sa langue (sic). Pas suffisant pour le mettre à terre.

En Australie « Choc » Mundine est adoré ou détesté (par la presse de droite et les rednecks racistes). Certes il a une grande gueule mais quand il l`ouvre, il a le mérite de faire des phrases construites et d`avoir une opinion (politique) et c`est sans doute ça le problème. Au moins on s`ennuie pas pendant les conférences de presse (photo 1 et 2), un peu de When we were Kings à la sauce Aussie. Il critique régulièrement la politique du gouvernement australien envers les communautés aborigènes voire commente de manière plus ou moins adroite les actualités internationales. En 2001 peu après le 11-Septembre, il avait ainsi déclaré que les States avait acheté leur 11-septembre. Forcément cela lui a valu à l`époque un véritable lynchage médiatique, faut dire qu`à cette période selon le Monde « On était tous américain », ce type de déclaration n`était pas vraiment politiquement correcte. En 2009, tout le monde est maintenant d`accord sur ce point. Bref il a le don pour se mettre dans les coups fourrés, c`est lui qui a conduit Sonny Bill (photo 10) à l`aéroport pour qu`il quitte le pays et échappe au procès que la ligue de rugby lui faisait pour son transfert en France jugé illégale. Judas et son complice, la fine équipe.

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour faire de ce combat un magnifique événement médiatique et sportif. Même l`adversaire de SBW, le bien nommé Garry « The Bobun » est un cas. Arrivé avec fracas à la conférence de presse, il balança chaises et tables, dénonçant son ostracisation, le cirque médiatique qui entourait SBW, nous attendions qu`il évoque aussi une conspiration militaro-industriel mais on ne lui pas laissé le temps. Des rueurs courraient sur Internet qu`il était connu pour les bastons géantes auquel il aimait participer dans les rues d`Auckland. Pas suffisant pour affronter Sonny Bill et ces 1m98 pour 108kg (photo 8) et au final peu de journalistes donnaient chère de sa peau à la pesée et les blagues fusaient, après tout c`est lui qui a choisi d`avoir The Bobun comme pseudonyme, on ne va pas le plaindre.

Le soir du combat, c`est SBW qui s`y colle en premier. Il prend le temps de se préparer (photo 13) et de se chauffer au son du hip-hop West Coast, street cred` oblige. Laçage des gants (photo 16), ultime conseil de la part de Choc (photo 14) et c`est l`entrée en scène (photo 17) encouragé par tous ses potes gabarit 4XL venus spécialement des banlieues ouest d`Auckland. Comme on pouvait s`y attendre, deux rounds suffiront à SBW pour écraser Gary « The Bobun » d`un uppercut qui le fera s`écrouler TKO (photo 17), fair enough !

Pour « The Man » Mundine (photo 23), c`était un peu plus compliqué. L`animal en face a été champion olympique et bien affuté pour ce combat. Mais Choc était prêt et pour avoir assisté à plusieurs entraînements, je savais qu`il pas pris le combat à la légère (photo 4). Je l`ai ainsi vu usé trois sparring partners en un soir et des gus qui n`auraient pas tenu tous les 3 dans un Espace pour ensuite se faire infliger une série de droites dans les abdos pendant qu`un autre lui tenait les  bras pour l`empêcher de se défendre … When We Were Kings toujours.

Douze rounds plus tard : la victoire acquise à l`arrachée, Anthony est champion du  monde (photo 22) ce qui permettra à Tony de revêtir la ceinture de champion du monde ce soir-là (photo 21). Mais comme ce n`est jamais aussi simple avec Anthony Mundine, le combat va devoir être rejoué en Février prochain. Le clan Mundine est accusé d`avoir harassé les arbitres pendant le match et de les avoir insulté … no comments, le Daily Telegrapher a fait son travail de sape dans le même temps.

Anthony est d`origine aborigène et s`est converti  récemment à l`islam, il n`est pas facile de le rentrer poliment dans l`Histoire australienne.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

8:04 pm // SBW - Warm-up
8:04 pm // SBW – Warm-up
8:17 pm // Anthony's giving his last advices to Sonny
8:17 pm // Anthony’s giving his last advices to Sonny

14

8:39 pm // SBW wearing the official gloves for his debut in boxing
8:39 pm // SBW wearing the official gloves for his debut in boxing
Sonny Bill Williams - few seconds before entering the arena
Sonny Bill Williams – few seconds before entering the arena
9:24 pm // Anthony training with his father and coach, Tony.
9:24 pm // Anthony training with his father and coach, Tony.
10:36 pm // Anthony and Lyn, his mother.
10:36 pm // Anthony and Lyn, his mother.

19

10:42 pm // Tony Mundine with IBO worldchampion belt
10:42 pm // Tony Mundine with IBO worldchampion belt
10:48 pm // Anthony celebrating his victory with friends and relatives.
10:48 pm // Anthony celebrating his victory with friends and relatives.

22

 

                                                                                             Yann Audic, Sydney  – Août 2009

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

5 commentaire

  1. Bravo !!!, du magnifique noir et blanc comme on en voit plus beaucoup, c`est sublime, Thiery

  2. Je rejoins thiery… Des noirs et blancs comme on en voit plus. Suffit de lire le dernier numéro de Réponse photo spécial N&B ou l`en se rend compte que même les rédacteurs « spécialistes » de la photo ne font pas l`effort de travailler leur N&B et cherchent plutot le dernier plug-in à la mode. Le seul qui a une vraie démarche N&B chez Réponse Photo est Philippe Bachelier, ce que tout le monde de doutait. Lui, le spécialiste du N&B en France (son livre sur la techinique du N&B etant une référence), a une réelle approche et rigueur de travail comme on avait en argentique.

  3. Tres beau boulot !

  4. Superbe reportage. Beau par ces contrastes et intense par l` émotion qu`il dégage.

    Désolé pour le vote: suite à une mauvaise manip, j`ai mis 2 étoiles alors que ce reportage en vaut clairement 5*. Monsieur le webmaster, si vous pouviez faire quelque chose?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>