Déclin cognitif: l’âge auquel vous devez arrêter impérativement de boire selon ce neurologue

Selon le Dr. Richard Restak, neurologue, la consommation excessive d'alcool peut être liée à la démence précoce.

© Déclin cognitif: l’âge auquel vous devez arrêter impérativement de boire selon ce neurologue

Afficher le sommaire Masquer le sommaire

La consommation excessive d’alcool, un risque majeur pour la santé et la mémoire

Il présente l’alcool comme un neurotoxine directe, une substance qui endommage ou détruit le fonctionnement du système nerveux. Afin de prévenir ces risques, le spécialiste a révélé lors d’une entrevue l’âge auquel il faudrait renoncer totalement à la consommation d’alcool.

« Je suggère fortement que les personnes âgées de 65 ans ou plus éliminent complètement et définitivement l’alcool de leur alimentation », recommande l’auteur de « Comment prévenir la démence : Le guide du spécialiste en santé cérébrale à long terme ».

Dr. Restak conseille également, quel que soit votre âge, de reconsidérer votre relation avec l’alcool lorsque celui-ci est utilisé comme moyen d’apaiser l’irritation ou de soulager l’anxiété.

Syndrome de Wernicke-Korsakoff : Une démence spécifique liée à l’abus d’alcool

Ce n’est pas tout, selon le neurologue, il existe une démence spécifique pouvant affecter les buveurs excessifs : le syndrome de Wernicke-Korsakoff. Sur le long terme, la consommation excessive d’alcool entraîne également une déficience en vitamine B1, ce qui peut contribuer à l’apparition de cette démence particulière.

À lire Julio Iglesias dans la tourmente, il est arrêté avec une quantité énorme de nourriture à l’aéroport

Les limites quotidiennes recommandées pour la consommation d’alcool

Il est important de rappeler que les recommandations concernant les limites quotidiennes de consommation sont établies en fonction de recherches scientifiques. Au-delà de deux verres par jour pour les femmes et trois verres par jour pour les hommes, l’alcool est considéré comme un facteur de risque majeur pour certains cancers, maladies du foie et du pancréas, troubles cardiovasculaires ou psychologiques.

La modération est donc le maître mot lorsqu’il s’agit de consommer de l’alcool. Il ne faut pas attendre 65 ans pour prendre conscience des méfaits liés à une consommation excessive et ajuster son comportement en conséquence.

Quelques conseils pour réduire sa consommation d’alcool

N’attendez pas d’avoir 65 ans pour faire évoluer votre rapport avec l’alcool. Cela sera bénéfique pour votre santé en général mais aussi pour votre cerveau et vos facultés cognitives. Voici quelques idées pour réussir à maîtriser votre consommation :

Trouver d’autres moyens pour se détendre

Plutôt que de vous tourner vers l’alcool pour soulager le stress ou l’anxiété, essayez d’autres techniques de relaxation telles que la méditation, le yoga, ou encore la pratique d’un sport.

Se fixer des objectifs réalisables

L’idée n’est pas forcément d’arrêter net sa consommation d’alcool, mais plutôt de se fixer des objectifs raisonnables et progressifs. Par exemple, réduire le nombre de verres lors d’une soirée ou encore privilégier les boissons à faible teneur en alcool.

À lire La lessive est la plus efficace de toutes selon 60 Millions de consommateurs

Demander de l’aide et du soutien

Le dialogue avec votre entourage peut être un atout pour favoriser la diminution de votre consommation d’alcool. Parlez-en à vos proches, amis ou même à des professionnels de santé pour bénéficier de conseils personnalisés et adaptés à votre situation.

En conclusion, si vous voulez préserver votre santé mentale et physique, il est essentiel de repenser dès maintenant votre rapport avec l’alcool en adoptant une consommation modérée. Abstinence totale ou diminution progressive, chacun devra trouver sa propre voie pour améliorer sa qualité de vie et prévenir les risques liés au déclin cognitif causé par l’alcool.

Reportages Photos est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Vous êtes sur la page : Accueil / Actualités / Déclin cognitif: l’âge auquel vous devez arrêter impérativement de boire selon ce neurologue