Les taux du Livret A et du LEP restent attractifs malgré la baisse de l’inflation ?

Au début de cette année, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que le taux de rémunération du Livret d'épargne populaire (LEP) passerait à 5%.

Afficher le sommaire Masquer le sommaire

Le Livret d’épargne populaire ajuste son taux à 5%

Cette hausse reflète l’ajustement biannuel effectué par la Banque de France sur les taux de rémunération des comptes d’épargne réglementés, en fonction de l’évolution du contexte financier. En effet, le taux du LEP est indexé sur l’inflation depuis 2020, ce qui garantit un rendement positif.

La réévaluation du LEP trouve sa justification dans le contexte actuel

Dans un climat où les prix augmentent rapidement, il est essentiel pour les épargnants de trouver des placements sécurisés offrant une rémunération suffisante. Le LEP, créé en 1982 dans un contexte d’inflation élevée, répond parfaitement à ces exigences. Sa réévaluation biannuelle permet ainsi de compenser partiellement les effets de la hausse des prix et préserve ainsi le pouvoir d’achat des Français modestes.

Selon François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France, les hausses de prix devraient ralentir progressivement d’ici la fin de l’année, rendant le LEP d’autant plus attractif. Les ménages percevant un revenu fiscal inférieur à 22 419 € pour une part peuvent bénéficier de ce produit d’épargne.

Le Livret A maintient son taux à 3% jusqu’en 2025, malgré la baisse attendue de l’inflation

Il a également été confirmé que le taux du Livret A resterait fixé à 3% jusqu’en 2025, malgré les fluctuations de l’inflation. Bien que cette dernière ait été supérieure au taux de rémunération du Livret A ces dernières années, elle devrait revenir en dessous de ce seuil avant mi-2024 si l’on en croit les prédictions de François Villeroy de Galhau. Ainsi, les épargnants disposant du Livret A continuent de profiter d’une rémunération supérieure à celle qui pourrait être espérée dans un contexte déflationniste.

À lire Suicides à la Banque de France : une enquête interne en cours

L’atout principal du Livret A : sa garantie de sécurité

Le Livret A est un produit d’épargne réglementé, c’est-à-dire qu’il n’y a aucun risque de perte de capital en y plaçant de l’argent. Pour les banques, il s’agit néanmoins d’un des placements les moins rentables car les intérêts qu’elles versent aux épargnants représentent un coût important pour ce type de produit. Cependant, pour les petits épargnants, ce dispositif reste intéressant surtout dans des périodes d’incertitude économique, en raison de la garantie de sécurité qu’il offre.

L’intérêt croissant des français pour le LEP

Le nombre de détenteurs d’un Livret d’épargne populaire a augmenté de 55% depuis 2019, atteignant 10,7 millions. Cette progression s’explique principalement par le rendement élevé offert par ce produit et l’augmentation du plafond de dépôt, passant de 7 700 € à 10 000€ en octobre dernier. Malgré ces avantages, environ huit millions de Français éligibles n’ont toujours pas ouvert de LEP selon les estimations des autorités fiscales.

La disponibilité limitée du LEP dans certaines banques

L’une des raisons pour lesquelles certains Français éligibles n’ont pas encore souscrit au LEP peut résider dans sa disponibilité limitée auprès de certaines institutions financières. En effet, le LEP étant un placement moins rentable pour les banques comparativement au Livret A, elles peuvent être réticentes à proposer ce produit d’épargne aux clients. Toutefois, il reste essentiel que cet outil continue d’être accessible aux ménages modestes afin de leur permettre de préserver leur pouvoir d’achat face aux fluctuations financières.

En somme, malgré la baisse attendue de l’inflation, les taux attractifs de rémunération du Livret A et du LEP demeurent des options intéressantes pour les épargnants à la recherche de placement sécurisé.

Reportages Photos est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Vous êtes sur la page : Accueil / Argent / Les taux du Livret A et du LEP restent attractifs malgré la baisse de l’inflation ?