Home / Reportages photos / Les reportages / Aux racines du balafon par Thomas Louapre

Aux racines du balafon par Thomas Louapre

La musique devient alors langage, outil de communication entre le monde des vivants et celui des ancêtres. Accordé selon chaque dialecte, le balafon est au cœur de toutes les fêtes rituelles : naissance, mariage, funérailles ou encore travaux agricoles. Capable de désenvoûter et de rassembler, il est considéré comme magique.

Capitale du balafon, Bobo-Dioulasso, est réputée pour concentrer les meilleurs musiciens du Burkina Faso. Mahama Konaté, fondateur du groupe Farafina (« Le pays de ceux qui ont la peau noire »), est l`un des musiciens qui a exporté le son du balafon à l`extérieur des frontières africaines. En dehors des concerts traditionnels, on peut aussi entendre l`instrument dans les cabarets où leur son résonne pour attirer la clientèle. En échange de quelques verres de dolo (bière de mil), les musiciens jouent pour le plaisir de tous. Malgré la modernisation, la tradition perdure et tout le monde danse sur la musique. S`inspirant aussi de la coutume, la troupe Djiguya tente de faire passer des messages (sur le sida, la religion ou la paix), redonnant ainsi au balafon la force de ses origines, ne le cantonnant pas à un simple xylophone africain.

Koniba BouarŽ, malien dÕorigine, prend la route deux fois par semaine pour aller chercher le Ç bois qui chante È. Le Ç vieux pre È, comme lÕont surnommŽ tous les jeunes de Bobo Dioulasso, est connu pour la qualitŽ de son bois. Plus il sera vieux et plus le son des lames du balafon sera meilleur.

Koniba Bouaré, malien d’origine, prend la route deux fois par semaine pour aller chercher le « bois qui chante ». 

Le « vieux père », comme l’ont surnommé tous les jeunes de Bobo Dioulasso, est connu pour la qualité de son bois. Plus il sera vieux et plus le son des lames du balafon sera meilleur.

Le voyage dure 48 heures et il faut marcher longtemps dans la brousse avant de dŽnicher ce fameux bois de vne qui servira ˆ la fabrication du balafon.

Le voyage dure 48 heures et il faut marcher longtemps dans la brousse avant de dénicher ce fameux bois de vène qui servira à la fabrication du balafon.

Il faut souvent chercher longtemps avant de trouver le bois. En respect du caractre sacrŽ du balafon, il doit provenir dÕun arbre mort de vieillesse et ayant poussŽ dans une terre bien rouge.

Il faut souvent chercher longtemps avant de trouver le bois.

En respect du caractère sacré du balafon, il doit provenir d’un arbre mort de vieillesse et ayant poussé dans une terre bien rouge.

Pour ne pas rompre les veines, symbole de la vie qui coule ˆ travers lÕinstrument, il coupe le tronc ˆ la hache.

Pour ne pas rompre les veines, symbole de la vie qui coule à travers l’instrument, il coupe le tronc à la hache.

Il est plus de quatre heures du matin lorsque les hommes et leurs ‰nes rentrent dans les rues dŽsertes de Bobo Dioulasso.

Il est plus de quatre heures du matin lorsque les hommes et leurs ânes rentrent dans les rues désertes de Bobo Dioulasso.

Coupe du bois de vne (pterocarpus erinaceus) pour la fabrication du balafon.

Coupe du bois de vène (pterocarpus erinaceus) pour la fabrication du balafon.

Derrire le MusŽe du Houet, les lattes de bois sont fumŽes jusqu'ˆ trois fois avant d'tre taillŽes ˆ la machette.

Derrière le Musée du Houet, les lattes de bois sont fumées jusqu`à trois fois avant d`être taillées à la machette.

Sans perceuse mais avec une pointe en fer chauffŽe, un des frres DembŽlŽ, spŽcialisŽs dans la fabrication du balafon, prŽpare des tiges de bois pour la structure du balafon.

Sans perceuse mais avec une pointe en fer chauffée, un des frères Dembélé, spécialisés dans la fabrication du balafon, prépare des tiges de bois pour la structure du balafon.

Une des dernires Žtapes avant d'accorder l'instrument: il fixe les calebasses ("gourdes") qui feront rŽsonner les lames de bois ˆ la manire d'un xylophone. Anciennement recouverts de toiles dÕaraignŽe, les trous des calebasses de rŽsonance, sont aujourdÕhui bouchŽs par du papier ˆ cigarette.

Une des dernières étapes avant d`accorder l`instrument: il fixe les calebasses (« gourdes ») qui feront résonner les lames de bois à la manière d`un xylophone. 

Anciennement recouverts de toiles d’araignée, les trous des calebasses de résonance, sont aujourd’hui bouchés par du papier à cigarette.

Mahama KonatŽ, grand balafoniste burkinabŽ et fondateur du groupe Farafina (Ç Le pays de ceux qui ont la peau noire È) devant chez lui et la salle de rŽpŽtition du groupe.

Mahama Konaté, grand balafoniste burkinabé et fondateur du groupe Farafina (« Le pays de ceux qui ont la peau noire ») devant chez lui et la salle de répétition du groupe

A plus de 70 ans, les mains de Mahama KonatŽ sont encore trs agiles et le son qu'il produit sur les lames du balafon a inspirŽ de nombreuses gŽnŽrations...

A plus de 70 ans, les mains de Mahama Konaté sont encore très agiles et le son qu`il produit sur les lames du balafon a inspiré de nombreuses générations.

Fin d'aprs midi dans un cabaret de la banlieue de Bobo Dioulasso. Le son des musiciens attire les danseurs et autres buveurs...

Fin d`après midi dans un cabaret de la banlieue de Bobo Dioulasso. Le son des musiciens attire les danseurs et autres buveurs..

Sur fond de tama, bara et autre djembŽ, les danseurs se succdent sur la piste de danse improvisŽe.

Sur fond de tama, bara et autre djembé, les danseurs se succèdent sur la piste de danse improvisée.

Le dolo (boisson alcolisŽe ˆ base de mil) coule ˆ flot lors de ces soirŽes cabaret.

Le dolo (boisson alcolisée à base de mil) coule à flot lors de ces soirées cabaret.

Les musiciens jouent pour toutes les gŽnŽrations.

Les musiciens jouent pour toutes les générations.

RŽpŽtions des jeunes de la troupe Djiguiya avant de partir en tournŽe aux Pays-Bas.

Répétions des jeunes de la troupe Djiguiya avant de partir en tournée aux Pays-Bas.

Un des balafonistes de la troupe Djiguiya (Ç espoir È) qui s'est totalement appropriŽ l'instrument.

Un des balafonistes de la troupe Djiguiya (« espoir ») qui s`est totalement approprié l`instrument.

A ne pas louper

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.