Home / Actualités / Actualités photos / L`AFP condamnée pour la commercialisation de photos volées sur Twitter

L`AFP condamnée pour la commercialisation de photos volées sur Twitter

 

Les photos ont été diffusées, sur Twitter également, par Lisandro Suero, un internaute Dominicain. C`est de son compte que l`AFP a tiré les photos pour se les approprier sans créditer le cliché du nom de son réel auteur, et bien sûr sans le rémunérer. La photographie a été envoyée à de nombreuses rédactions. Pierre Morel le découvrant, il contacte l`AFP, demandant une rémunération.

 

L`AFP refuse, prétextant que, selon les conditions d`utilisateurs de Twitter, les photos, une fois postées, sont exploitables par tout un chacun. Ce n`est pas ce qu`a décidé le juge américain chargé du dossier, une décision qui compte pour les photographes du monde entier.

 

Bonne nouvelle Lorsqu`on est témoin d`un fait marquant, il est donc possible de continuer à diffuser des clichés instantanément et sans risque d`en être dépossédé sur les réseaux sociaux. Le comportement de l`AFP est d`autant plus dommageable que son image s`en retrouve une nouvelle fois ternie, par sa malhonnêteté d`abord, par la vitesse de son nouveau « concurrent » ensuite. En effet, Twitter avait permis une fois de plus de tenir le monde informé de la situation sur place bien avant l`arrivée des premiers reporters.

 

Daniel Morel peut maintenant exiger des dommages et intérêts d`un montant allant jusqu`à 150 000€ par cliché. Une victoire pour le photographe Haïtien, mais également pour tous ses confrères. Diffuser des images sur les réseaux sociaux, oui, les utiliser dans un but commercial sans l`accord de l`auteur, non.

 

Source : Rue89.com

 

Emmanuel DANIEL

 

 

A ne pas louper

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

5 commentaire

  1. Excellente nouvelle !

    Il est clair que cette décision va faire jurisprudence. 
    Et jusqu’à 150 000€ par cliché… pour nous c’est déjà énorme, mais pour un photographe haïtien vivant dans l’un des pays les plus pauvre du monde, ça ne peut lui faire que du bien 🙂
  2. je pense que les sites d’information qui proposent aux internautes d’envoyer les photos des évènements pour les utiliser est tout aussi punissable. Profiter de la méconnaissance des gens des droits à l’image n’est pas très légal. Il me semble que ça s’appelle de l’abus de confiance.

  3. En effet, tu as raison.

  4. Penses-tu vraiment que ces personnes sont flouées ou lésées en postant leur photo (souvent de piètre qualité) sur un grand site d’information ? Pas sûr, elles sont tellement heureuses d’être publiées qu’elles y gagnent quelque part, leur heure de gloire, ou quart d’heure de célébrité. Par contre c’est l’ensemble des photographes pros qui en pâtissent car c’est une photo de moins qui sera vendue.

  5. oui, elles sont flouées pour des photos qui sont généralement achetées. Après, on est aussi d’accord sur le fait que les pros soient aussi victimes. D’ailleurs, sur le marché professionnel, on s’en rend compte. Sur certains devis, des clients pensent que c’est trop cher et que tout le monde est capable d’appuyer sur un bouton. Le photographe qui s’en sort aujourd’hui doit aussi apprendre à éduquer les clients sur ce qu’est une photo et ce qu’elle doit représenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.