Home / Actualités / Actualités photos / L’usage d’effets et de retouches dénaturent-ils la photo ?

L’usage d’effets et de retouches dénaturent-ils la photo ?

Comme vous l`avez sûrement compris, cette application fait que la photographie apparaîtra devant vos yeux avec des couleurs délavées, passées et pastel, typiques de cet appareil.

 

Trois questions ont donc été soulevées :

  • Est-ce juste un style de prise de vue ou un trucage ?
  • Est-ce que ces images (style polaroid) rendent la guerre plus romantique et occultent l`horreur de celle-ci aux yeux du public ?
  • Est-ce que ce style de photo a pour but de nous ramener à nos souvenirs, et nous rappeler des conflits passés (l`exemple du Vietnam est cité) ?

 

 

Trois questions qui sont d`actualité, surtout depuis la dernier « scandale » qui a agité le jury du Photographer of the Year 2010. Rappelons qu`un gagnant avait été disqualifié parce qu`il avait rogné un pied que l`on entrapercevait entre les doigts d`une main (lien vers l`article). J`ajouterais que les retouches sont de plus en plus remises en cause et que le débat devrait-être porté sur la place publique, ou au moins que tout le monde se pose la question.

 

Votre avis nous intéresse et nous aimerions, encore plus que d`habitude, avoir le plaisir de lire votre point de vue sur ces questions cruciales pour les photographes. Car si les questions traitent d`un cas particulier, elles reflètent un malaise plus profond. Et la question qui pourrait résumer les trois suscitées est de savoir si l`on peut utiliser la retouche (et si oui dans quelle mesure) lors d`un photoreportage.

 

 

Je me lance et ouvre le débat, ou plutôt l`échange de points de vue. Pour moi la photographie est avant tout un art. Comme tout art c`est un moyen d`expression. Et comme tout art c`est à l`artiste de décider quels outils il va utiliser pour transmettre son message, ses émotions. Je serais donc tenter de promulguer une tolérance totale envers le post-processing mais quelque chose m`en empêche. Le fait que ces photos n`aient pas seulement pour but de divertir, mais également d`informer le monde sur un conflit lointain que nous ne verrons qu`à travers l`œil des journalistes présents sur place.


Il me semble donc contraire à l`éthique d`influencer le regard du public en transformant la réalité. Il faut donc le prévenir de l`effet ou de la retouche appliquée, mais aussi des raisons qui ont poussé le photographe à utiliser cette technique. Le récepteur aura ainsi toutes les clés en main pour juger et analyser.


En ce qui concerne la photographie dont le but premier n`est pas l`information, je ne suis pas du tout choqué par les retouches, je pense juste qu`il est bon de prévenir le spectateur, de cette façon il pourra apprécier le travail en amont mais aussi en aval.

 

C`est à vous, je suis curieux de connaître votre avis sur la question.

 

 

L`article de pdnpulse.com.

 

Emmanuel Daniel

A ne pas louper

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

11 commentaire

  1. Je crois qu`il faut savoir distinguer le style et le message.

    Trop d`effets « graphiques » détruisent ou transforme le message journalistique. Si la beauté est recherchée en priorité, alors oui, polaroid, holga et autre tiltshift sont des démarches artisitques intéressantes. Mais même si on cherche à les éviter (ou les interdire, ce que je trouve stupide), on ne peut s`affranchir malgré tout d`une technique photographique (plus ou moins extrème, certes), car la quete d`une photographie parfaitement réaliste est à mon sens une utopie. Le noir et blanc n`est pas la réalité, et pourtant beaucoup s`accordent sur sa qualité pour délivrer un message journalistique. Au départ il s`agissait d`une contrainte technique, désormais c`est un choix en faveur du message. Je pense donc que tous les styles et effets (surtout très « ludiques ») ne sont pas forcément des appuis intéressants dans le cadre d`un sujet fort.

  2. Sujet intéressant! Et je suis un peu du même avis. On doit pouvoir faire ce qu`on veut de ses photos tant que l`on est dans un contexte artistique… On est l`auteur, l`artiste, c`est notre sensibilité qu`on exprime. Par contre, pour du photojournalisme, ce n`est pas la même chose. Le lecteur, ou du moins celui qui va regarder la photo, doit pouvoir voir ce que le photographe a vu. Pas forcément le fichier brut, on doit quand même pouvoir faire les retouches de base (recadrage, contraste, bref tout ça…) mais pas plus…

    Après, histoire de me contredire un petit peu, je trouve que ces polaroids amènent quelque chose d`original, qui change des photos de guerre qu`on voit d`habitude. Par contre, je les regarde plus d`un côté artistique que journalistique…

  3. Je suis moi-même adepte du post-processing, c`est aussi un moyen pour moi, en tant qu`amateur débutant, de corriger des erreurs dues à mon inexpérience.

    Je pense qu`il est intéressant, comme le souligne l`article, de faire la part entre les aspects journalistiques et artistiques des photos. Naturellement, je tolère moins l`excès d`effets sur les photographies à caractère journalistique, mais je suis persuadé qu`il est possible d`apporter aux photographies de ce domaine des dimensions artistiques. La question n`est pas pour moi de savoir s`il est bon ou non d`user de ces effets, mais jusqu`où les user.

  4. Il fallait lire, bien évidemment, « jusqu`où en user ». Au temps pour moi.

  5. je suis d`accord avec les différents avis.

    Je suis favorable à l`utilisation des effets, je ne pense pas que ça empêche le sujet d`etre traité, et les images d`être parlantes. En tout cas ce ne l`empeche pas plus que la technique photographique, il a été mentionné par Edrahil le N&B mais on pourrait aussi parler simplement de la profondeur de champ qui met le point de netteté là où le photographe le décide, c`est pour moi assez proche.

    La photo est et reste un point de vue, ce n`est pas forcément LA vérité, seulement un angle de la réalité, à mon sens.

  6. Les effets peuvent être perçus de différentes manières. Il y les puristes qui diront que l`on a pas besoin d`effet pour sublimer une prise, qu`il suffit d`avoir du talent. Par analogie, nous pourrions nous demander si un peintre peut peindre sur autre chose qu`une toile, notamment peindre une sculture ?

     

    Moi j`aurai plutôt une vision artistique, ainsi je me dis qu`un photographe reste un createur qui a besoin de s`exprimer et qu`il ne doit pas se mettre de barrières. L`ajout d`effets, de retouches … fait parti de la démarche créative. L`important c`est le résultat ! J`irai même jusqu`à dire que l`important c`est le plaisir que l`on a pris à créer.

     

    Après je ne crois pas qu`il soit important, pour artiste, de prendre en compte la perception de ses réalisations par les autres. Mais le photographe étant parfois un simple prestataire, il réalise sur demande … fait il toujours un travail artistique ?

     

    Je prendrai en exemple le travail d`un de nos membres (http://www.nicolasb.com/) que j`apprécie particulièrement ! Je trouve que le résultat final riche en retouches et effets est vraiment interessant. On sent le talent, on comprend le sens, j`y trouve du plaisir … C`est un travail de composition, mellant photo et art numérique … pour un résultat expressif.

     

    Si l`on devait se passer d`effets, la question qu`il faudrait se poser, je crois, serait : Peut-on considérer le photographe comme un artiste au même titre qu`un peintre ?

  7. Je vois la retouche photo et le monde de la photo sous 2 angles différents.

    Le premier c`est la photo en tant que reporter. Elle a pour but de rendre la réalité. Dans un tel cas, l`embelissement, la supression de détails, … me gène beaucoup.
    La retouche peut-être alors utilisée uniquement pour que la photo se rapproche au plus près de la réalité. Mais comment savoir qu`une retouche rend la réalité ou la déforme… Il devrait exister une charte ou un « texte de loi » pour limiter les retouches dans les photos journalistiques. Je parle bien de retouche photo et pas de technique photo (profondeur de champ, luminosité).

    Le 2ème cas est la photo en tant qu`art. Dans un tel cas, je pense que la retouche photo fait partir des outils à utiliser. Ce qui rejoins l`avis de beaucoup de commentaires.

    Pour revenir sur l`exemple donné dans l`article tout dépend comment vont être utiliser les photos. Si c`est pour illustrer un article d`un journal, alors je trouve ça choquant car l`effet utiliser déforme complètement la réalité. Par contre si c`est une série de photos dans le cadre d`une exposition, ou pour apporter son regard sur un conflit, c`est un choix artistique qu`on doit respecter.

  8. Alors un avis de Graphiste-Directeur artistique.
    Il faut bien faire la distiction entre le message et sa représentation (ainsi qu`entre la retouche et le photo-montage). Le message est le sujet de la photo, son cadre, l`histoire racontée… sa représentation ? Ben c`est l`oeil du photographe, le cadrage, le traité, les contraste et donc aussi la retouche.
    C`est certain.
    Après, le message en lui même peut devenir une « oeuvre ». Mais pour autant que je sache, en graphisme, comme en design, comme en photo, le message, l`idée doit primer.
    On entend toujours une petite phrase circuler dans ces milieux : « le mieux est l`enemi du bien ».
    Comprenez que même le plus beau des traités, et retouche, ou cadrage si il est « sur-traité », l`image perds son sens.
    Ouvrer artistiquement n`est pas juste un ajout de rouge, une bouche pulpeuse, un hdr, un contraste fort… c`est avant tout une idée, une émotion.
    La photo est un médium qu`il faut préserver de certains abus non-maitrisés.
    Certains sont des maîtres de la retouche, en ajouter des rayons de lumière, ajoutant un peu de matière ou celà manque… et pourtant celà agrémente très bien le sujet.
    Tout est question de maîtrise ET de jugement.
    Un photo de reportage, par essence ne devrait pas être retouchée outre que les basiques de contraste, luminosité, virage et WB. Ces retouches permetent de mettre en avant le mesage sans dénaturer le sujet. Au delà, celà devient un fake et ne devrait pas être publié…
    Après… peut-on avoir SA touche en photo-reportage ? Bien sûr, c`est pas une question d`effet. Pour preuve il suffit de regarder le travail de Romain Phillippon (Rom si tu m`entends :)), ou le très Grand Olivier Föllmi (merci Olivier).
    Olivier Föllmi, est de ces grands reporters qui prennent du temps pour organiser la photo, et restent sur place. Plutôt que de faire de l`instantané, il préfère s`impregner des gens, écouter leur histoire, se passionner d`eux…
    C`est là qu`il organise sa session photo. Il organise, branche les flash… ça s`apparante à de la photo de studio et pourtant en une photo on lis toute l`histoire qu`il a vécu ou qu`il veut raconter. Est-ce que c`est du photo-reportage ? Bien sûr ! Est-ce que c`est de la photo « artistique » (un terme très subjectif)? Bien sûr! Mais ce n`est ni de la photo de studio, encore moins de la retouche!
    La retouche est utiliser à 70% par des personnes qui ne maitrisent pas leur lumière. 15-20% pour la photo de mode qui subit (volontairement) les volonté des publicitaires…

    Chercher à être réaliste ? Chercher à être créatif ? Chercher à impressionner ? Finalement, souvent celà dessert le sujet alors qu souvent il suffit de prendre le temps de regarder autrement, et ensuite de shooter 🙂

    Doit-on retoucher une photo donc ?
    Pourquoi pas, c`est avant tout affaire de jugement, de sujet, d`histoire… Mais il ne faut pas tro pen faire pour affirmer un style, qui sera peut-être graphique (…) mais pas photographique.

  9. Mince… sacré pavé. Désolé. Embarassé

  10. Voila donc plein de choses intéressantes.

    Le débat est intéressant et existe depuis que la photo existe. La retouche n`est pas un une spécificité du numérique. En labo argentique, cela se faisait déjà. Quant à savoir si cela est bien ou pas… Difficile à dire.

    A la base, je pense que l`objectivité n`existe pas. Donc une photo ne peut être qu`une interprétation car c`est un instant figé. On ne connait pas l`avant et on ne connait pas l`après.

  11. Tout à fait.
    Question de jugement et de sensibilité (en général, mais aussi sur l`instant) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.