Obésité et Covid-19 : les enjeux dangereux d’une comorbidité

L'Organisation mondiale de la santé définit le surpoids et l'obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui présente un risque pour la santé.

© Obésité et Covid-19 : les enjeux dangereux d’une comorbidité

Afficher le sommaire Masquer le sommaire

Avec la crise sanitaire actuelle, il apparaît que cette comorbidité augmente le risque de développer des formes sévères de Covid-19. Cet article aborde les différents types d’obésité : modérée, sévère, morbide ainsi que les traitements et solutions existantes pour y faire face.

L’impact de l’obésité sur la santé et son lien avec la Covid-19

L’obésité nuit au bon fonctionnement du diaphragme, ce qui explique qu’elle soit souvent associée à des difficultés respiratoires. Cette condition accroît également le risque de co-morbidités telles que le diabète, l’hypertension artérielle, et certaines maladies cardiovasculaires, notamment l’insuffisance coronarienne. De plus, l’obésité est un facteur de risque pour des pathologies hépatiques telles que la fibrose ou la cirrhose.

Il a été confirmé qu’au fur et à mesure de l’âge et selon l’environnement social, l’obésité tend à augmenter. En réaction à cette situation alarmante, le gouvernement français a lancé une série d’objectifs visant à stabiliser et réduire l’ampleur de ce phénomène d’ici 2023.

Obésité modérée, sévère, morbide : le rôle de l’IMC

Selon l’indice de masse corporelle (IMC), un individu doit se situer entre 18,5 et 24,9 pour être en bonne santé. On parle de surpoids lorsque l’IMC est compris entre 25 et 29,9, d’obésité à partir d’un seuil de 30. Il existe différents types d’obésité selon la gravité de la condition : obésité de premier degré ou modérée, deuxième degré ou sévère, troisième degré ou morbide.

À lire AAH : voici comment la Prime de partage de valeur va impacter le montant de votre allocation

Obésité modérée : IMC entre 30 et 34,9

Avec un IMC situé entre 30 et 34,9, on parle d’obésité modérée. Cette catégorie n’est pas sans risque, mais les complications sont souvent moins graves que celles associées aux formes plus sévères d’obésité.

Obésité sévère : IMC entre 35 & 39,9

Lorsque l’IMC se situe entre 35 et 39,9, on fait référence à l’obésité sévère. Cette forme d’obésité entraîne des risques accrus pour la santé, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et certains types de cancer, indépendamment de l’IMC.

Obésité morbide : IMC supérieur à 40

Enfin, lorsque l’IMC dépasse 40, on parle d’obésité morbide. Elle présente les plus grands dangers pour la santé et nécessite souvent une intervention chirurgicale pour réduire significativement le poids du patient.

Le surpoids et l’obésité chez les enfants

Selon l’OMS, en 2016, il y avait plus de 41 millions d’enfants en surpoids dans le monde. Leur risque de rester obèses à l’âge adulte et de développer des maladies non transmissibles telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires est alors accru. L’obésité infantile est principalement liée à de mauvaises habitudes alimentaires et au manque d’activité physique, mais aussi à des facteurs socio-économiques et culturels.

MagazineNature Communications</citection/ »>

À lire La franchise médicale sur les médicaments va doubler : quel sera l’impact réel pour les patients ?

Reportages Photos est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Vous êtes sur la page : Accueil / Social / Obésité et Covid-19 : les enjeux dangereux d’une comorbidité