Home / Actualités / Actualités photos / Sur le Yangtsé, entre Yichang et Chongqing – une série de Nicolas Beaumont

Sur le Yangtsé, entre Yichang et Chongqing – une série de Nicolas Beaumont

Le mythique Yangtsé est un fleuve dont les remous sont écologiques, sociaux, environnementaux et aquatiques, il traverse la plus grande municipalité de Chine, celle de Chongqing (plus de 30 millions de personnes, donc 4 millions en ville) et est barré par le plus grand barrage du monde : le barrage des trois-gorges.

  • Ecologique tout d`abord avec la disparition de l`une des espèces endémiques du fleuve : le Dauphin de Chine (Lipotes vexillifer) en 2006 et officialisé en 2008.
  • Ecologique toujours avec la pollution de l`eau due au traffic maritime et aux industries installées sur les berges du fleuve.
  • Sociaux avec la montée des eaux suite à la construction du barrage des trois gorges et le déplacement de centaines de milliers de personnes, la disparition pure et simple de villes et villages.
  • Environnementaux avec les boulversements toujours liés à la montée des eaux, modifications hydrologiques tant en amont qu`en aval du barrage.
  • Aquatique enfin avec les eaux tumultueuses de ce géant chinois de 6 300 km, le plus long fleuve d`Asie.

Sur environ 700 km les images montrent un fleuve grouillant de vie sans aucune prise en compte de la dimension humaine ou écologique.

 

(Un clic sur l`image pour découvrir les photos).

(Côté matériel, j`ai utilisé pour ce reportage un bon vieux Leica M6, un 50 mm et plusieurs dizaines de bobines de films).

 

Nicolas Beaumont

 

Le site de Nicolas Beaumont.

A ne pas louper

Concours Salon de la Photo

A l’occasion de notre première participation au Salon de la Photo, nous organisons avec Nikonpassion ...

14 commentaire

  1. Joli reportage!
    J`ai beaucoup le rendu granulé du Leica argentique. Les couleurs sont celles des la pellicule ou retravaillées ? Quelles bobines ?
    Je trouve dommage que les couleurs donnent une fois de plus un côté glauque et froide comme l`imagerie communiste d`il y a quelques années. Même si le sujet s`y prête… J`ai l`impression de ne voir QUE ça de cette partie de l`asie (Chine, Corée,…) n`y-a-t`il pas d`autres façons de traité un sujet comme celui-ci ? Tout en restant dans le « recherche de la vérité » propre au reportage bien sûr.

    Mis à part cette réflexion, car je réfléchi beaucoup 😛 C`est un top reportage. Bon choix de matériel, belles photos, un cahotisme bien présent.

  2. le Bourlier Anthony

    Je partage le même avis que Milk à propos des photos en elles mêmes

    et je regrette la qualité du scan (si je ne me trompe pas)

    Les dégradés dans les nuages et le rendu des couleurs est loin de la qualité LEICA….. qu`on reconnait néanmoins.

    J`ai beaucoup aimé pour sa précision et son coté concis

    le texte, mais aussi les cadrages, pour les mêmes raisons : PRECIS

    J`aurais aimé voir peut être un peu plus d`humain, éventuellement un témoignae d`un habitant de cette partie du monde aurait bien completé.

    Beau reportage !

    Anthony

  3. Un beau reportage, je rejoins Alebourlier sur l`abscence d`humain. Je ne sais pas si c`est le film ou le scan, mais cette série de photos nous montre bien l`emprise de l`Homme sur son environement, avec une tonalité triste et froide, donnant l`impression de dénoncer l`état dans lequel se trouve cette région.

  4. Intéressant ce reportage. C`est paradoxal, on sent bienl`emprise de l`homme sur la nature et pourtant on ne le voit presque pas.

  5. le Bourlier Anthony

    Contrairement à Sylvain, je trouve (mon ptit point de vue hein…)

    que l`Homme est ici plutot dépendant de la nature (via le fleuve)

    Et que toutes (images 3, 8, 25…) les « minuscules »(par le cadrage) constructions (gigantesques en fait ) ponts, bateaux, passerelles, etc…Sont autant de solutions pour tenter de survivre quand le niveau de l`eau va monter.

    Perso, je trouve plutot l`Homme et sa condition de vie en sursis dans cet endroit.Quand je vois l`image 4, je ne trouve pas que l`Homme ait une quelconque emprise sur la nature, mais plutot qu`il tente comme il peut de « s`accrocher » à son caillou pour vivre.

    Un peu comme sur la 9 la 13 et la 26.

    Finalement, oui, on est en sursis…Et en attendant, on saccage sans respecter, en se justifiant par « je dois survivre »
    mouai….

    En tous cas, j`aime toujours autant ce reportage.

    Ce serait chouette de pouvoir en parler avec le photographe.
    Et de le rencontrer pour une expo à Paris par exemple ?
    je laisse soin à Eric de le contacter, Eric, tu sais de quoi je veux parler 😉

    Amicalement,

    Anthony

  6. Disons que si je le fais exposer, ca sera sur Lyon. Et toi, tu ne travailles pas dans un lieu qui expose ??? ;)))))))))

  7. le Bourlier Anthony

    Pourquoi crois tu que je parle de ca !!!

    ;-))

    On en recause par mailsi ca vous botte

    A plus j`dois filer en shoot

    bye

     

  8. Beaumont Nicolas

    Bonsoir à tous,

    Je suis touché que ce reportage sucite ces réactions; je suis donc le coupable de vos échanges et l`auteur de ces images.

    Pas évident de structurer une réponse qui couvre l`ensemble ce que je viens de lire.

    Alors, allons-y.

    Tout d`abord la technique :

    Les couleurs sont les couleurs des bobines (TMax400, Superia200 et Ilford125), elles ont été développées chez Dupif (Paris), scannées (un peu à l`arrache ce qui explique de temps en temps la mauvaise qualité de l`image finale) sur un scanner grand public un Epson 4490 Photo.

    Ensuite concernant le fond de ce reportage j`ai effectivement choisi de montrer l`humain mais de ne pas le mettre au centre de l`image. Je voulais montrer comment l`activité humaine boulverse l`écosystème et écrase les individualités.

    Pour le reste et en particulier les projets d`expositions, je suis ouvert ! Ca fait un bout de temps que je n`ai pas exposer dans un beau lieu, la dernière fois c`était dans le cadre de Paris Photographique, à l`espace Beaurepaire dans le X.

    Pour toutes les questions; n`hésitez pas : nicolas.beaumont(at)gmail.com

    N.

  9. Personnellement le grain ne me dérange pas, mais si scan à l`arrache cela donne un cachet spécial à tes images (ex. conditions extemes de prise de vue) qui font toute leur force. cela change des photos num. lissées toutes propres !!! Si j`avais les moyens et l`expérience plus approndie de l`argentique.. je me passerais bien du num. !!

  10. @Alebourlier : en plus c`est fait au Leica ;))))))

  11. Beaumont Nicolas

    Il y a du grain au delà du scan; en général je pousse mes films à +1 voir +1,5.

    (Le Leica ne fait pas toute la photo ! Rigolant)

  12. Pour information et grâce à Anthony, Leica France et bien sûr reportagesphotos.fr une exposition aura lieu du 1er Juillet au 31 juillet, à Paris, au Leica Store : 150, rue de la Pompe.

  13. Félicitation 😉

  14. Yeah !!! Féloche !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.