Home / Reportages photos / Les reportages / Ibans, les coupeurs de tête de Bornéo par Matthias Ghem
Ibans, les couleurs de têtes de Bornéo

Ibans, les coupeurs de tête de Bornéo par Matthias Ghem

Les Ibans, fameux peuple coupeur de têtes originaire de Bornéo (Malaisie), vivent dans la jungle du Sarawak au sein de villages traditionnels composés de maisons communes appelées longhouse.

La chasse aux têtes était un rituel très sérieux vénéré par tous. Après la décapitation d’un membre d’un clan voisin, le guerrier coupeur de tête devait se battre contre l’esprit qu’il venait de capturer. Les têtes étaient ensuite ramenées au village  et cachées à l’abri des prédateurs dans le foyer de la longhouse, où elles y étaient vénérées, après avoir été fumées  Pour l’anecdote, les têtes les plus estimées étaient celle des femmes et des enfants.

Cette coutume, bien qu’interdite par le Sultan de Brunei à partir de 1841, se poursuivit discrètement jusqu’à la seconde guerre mondiale. Les Ibans convertis en masse au Christianisme ont arrêté de se livrer progressivement aux rites liés à leurs croyances animistes. Une des dernières offensives a eu lieu lors de conflits ethniques dans le milieu des années 1990 dans la partie sud de Bornéo.

 

Reportage: Matthias Ghem – http://ghem.eu

 

Reportages Photos-1

Entrée du village

Reportages Photos-2

Chef Iban

Le tatouage sacré sur le cou de ce Chef Iban est réservé aux valeureux guerriers ayant coupé plusieurs têtes.

Reportages Photos-3

Iban

Reportages Photos-4

Jeune Iban

Reportages Photos-5

Enfant Iban

Reportages Photos-6

Coqs de combat

Reportages Photos-7

Coqs de combat

Reportages Photos-8

Pièce centrale commune de la longhouse

Reportages Photos-9

Vieille femme Iban

Reportages Photos-10

Iban

Reportages Photos-11

Cuisine d’une des chambres de la longhouse

Reportages Photos-12

La rivière Kinabatanga – Sabah

Reportages Photos-13

Orang-Outan dans les forêts du Sarawak

Reportages Photos-14

Mille-pattes toxique

A ne pas louper

A-bout-de-Souffre

A bout de soufre par David Guiheneuf

Aujourd’hui, c’est David Guiheneuf qui nous propose son reportage venant directement d’Indonésie.  Après une courte nuit, ...

14 commentaire

  1.  lumière… ambiance .. splendide
    des photos qui donnent envie de faire le tour du monde
    Bravo

  2. J’ai particulierement aimé les portraits

  3. J’aime bien le discours. J’aime « bien » les photos, mais je ne vois pas du tout la relation entre les deux.

    Les photos montrent plutôt des photos classiques (dans le sens « classissisme », pas dans le sens « bof, peu mieux faire ») d’une population qui porrait être Lao, Indonésienne, Sud-Chinoise.
    Je ne retrouve pas de parti-prit qui fait le reportage. Je ne sens pas l’époque coupeur de tête, et encore moins le christianisme.
    Mais jolies photos oui 😀
  4. N’est pas là l’intérêt ? Sans ce qui fait leur identité, ils en deviennent « banal ».

  5. Moui, mais c’est facile je trouve, car tu ne sens pas non plus la transformation.

    Je suis aller rencontrer les Bataks de Sumatra, ou d’autres peuple réputés « cannibales ». Quand tu creuses un peu, tu vois qu’ils ont des petites croix chrétiennes, ils ont des cérémonies ancéstrales, ou tu retrouves leur racine mais aussi une touche malheureuse-bienheureuse (dépend de comment tu vois et vis « ton » exotisme) de christianisme. Et surtout il y a énormément de légende autour d’eux, venant d’eux-même, ou de ces vieux voyageurs qui ont colonisé ces contrées il y a des siècles.
    Perso, le côté banalisation, je ne le ressens pas non plus. Car finalement ce pourrait être des photos de n’importe qui, n’importe oû. Dans ce cas ça tomberait dans la cadre de photos « banales » ? Non, car il y a de la qualité visuelle, de beaux portraits…
    Banaliser c’est une chose, mais il faudrait pouvoir identifier, ou situer, même avec un très léger détail. A part le tatouage de l’homme de couv, rien ne permet ça.
    Comme je l’ai dit, ça n’enlève rien à la qualité des images. Mais le scénario visuel n’est pas celui d’un reportage, plutôt d’un voyage sur place, d’une rencontre (genre que font le mille pate et l’orang-outang ici ? Celà n’apporte rien à moins d’inclure un portrait ou autre). Et le discours visuel, pour moi, ne colle pas aux photos.
    Après si le texte est là pour raconter le passé de ces gens, comme une légende, c’est un parti pris, mais j’aurais aimé une transition coupeurs de tête > chétiens > humain ?
  6. (Surtout que quand tu les rencontres, ils ne deviennent pas banals justement. C’est une vision d’occidental qui est offusqué d’avoir perdu l’exotisme d’antant. Perso, j’aime les maison du nord du Laos avec ces ethnies colorées, mais qui ont tous la télé satellite et le tel portable dans leur hute qui tient é peine debout. C’est plus exotique. Certains diront moins typiques, plus banal. Mais à ‘heure de la globalisation, l’exotisme, c’est ça 😛


    Oué, voyager au long cours ça change un peu sa vision et sa relation avec le monde :) )
  7. Je suis d’accord avec Milk, les photos sont belles mais les images collent mal au message…

  8. Le titre est trop fort, quand jai lu les coupeurs de tête jai très vite cliqué, un peu trop vite…mais bon il ya de bonnes photos quand même, faut pas trop critiqué malgré le fait  que j’aurais aimé en voir plus, quelque chose de plus mystérieux auquel doit s’attendre le mec qui ne connait pas le sujet et qui lis le titre de la série, 

    Merci pour ces remarques les gars, j’en ai souvent eu  lors de mes premiers reportages, on a parfois tendance a se perdre par le soucis de ramener de bonnes photos, mais pas celles qui parlent forcément…Matt… nous esperons que tu le prendra bien, Moi j’apprend tous les jours et les avis des autres sont importants ca ma fait vachement évoluer…

    Dis donc Eric, je suis en Bretagne depuis Dimanche, ca change vachement de l’Afrique les gars… dis moi toujours  si tu as le contact de certains photographes de la toile ou non, pour que je puisse échanger un peu.

    Merci bien.

  9. C’est ce qu’on a dit justement. Il y a la qualité d’un photographe pro, mais le discours ne relate pas l’histoire racontée… en images :)

    La photo n’est pas que de la technique… ou de l’artistique… ou du concept… C’est un peu de tout, ou beaucoup :)
    J’en ai profiter pour faire un sur sur ton site… J’aime autant la musique, que le design du site, que les histoires que tu racontes en image. Un vrai conteur :)
  10. Bonjour à tous et merci pour vos messages. Les photos présentées ici ne sont qu’une partie d’un reportage et ne constituent bien évidemment pas un reportage complet avec un angle, un fil conducteur,  des questions et des réponses. Il n’y a pas d’informations (enfin, très peu) et l’esprit du photographe (moi) ne se dégage nullement. Disons que le titre original auquel j’avais pensé ‘portraits d’Iban’ aurait certainement été plus adapté à ce post … mais moins accrocheur. Pour la parenthèse, je joue bien évidement dans le reportage complet sur ce titre accrocheur qui contraste malheureusement avec une réalité révolue et plus aseptisée.

    L’ensemble du reportage devrait être publié dans un grand magazine de voyage d’ici la fin de l’année. Je n’hésiterai pas à vous tenir informer.

  11. il faut lire à la fin du premier paragraphe « une époque révolue et une réalité plus aseptisée » et pas « une réalité révolue et plus aseptisée ».

    Merci,
    Matthias

  12. Merci des précisions.

    J’ai hâte de lire et voir l’entier du reportage. Tiens nous au courant 😀
  13. Comme mentionné dans les commentaires ci-dessus, j’ai également été surprise des photos d’orang-outang et de mille-pattes. Mais les deux premiers portraits m’ont tellement plu, que j’aurais pardonné presque tout au reste de la série ! Et le texte précédant les photos étant très instructif… c’est toujours un plaisir d’apprendre quelque chose ! Je trouve les premières photos très belles, ça me suffit. Pour le reste du reportage, j’ai hâte de savoir où on pourra le trouver après publication :)

  14. Voici la nouvelle adresse de mon site
    http://matthiasghem.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>